•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec a recruté près de 750 nouvelles infirmières depuis une semaine

Deux infirmières au travail dans une salle d'opération.

En tout, 1756 infirmières ont été engagées jusqu'à présent par rapport à une cible de 4300.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Le gouvernement de François Legault a annoncé jeudi que 749 infirmières supplémentaires ont été embauchées à temps complet pour prêter main-forte au personnel du réseau de la santé depuis la semaine dernière.

Dans cette deuxième mise à jour depuis le déploiement des plus récents efforts de recrutement, le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé précise qu'en tout, 1756 infirmières ont été engagées jusqu'à maintenant par rapport à une cible de 4300. Le bilan présenté le 7 octobre dernier faisait état de 1007 infirmières supplémentaires.

La majorité des personnes embauchées, soit 627 infirmières, travaillaient déjà à temps partiel dans le réseau public et sont passées à temps plein.

Dans son communiqué, le ministère détaille que 120 nouvelles embauchent proviennent de la main-d'œuvre indépendante et que 2 sont des travailleurs à la retraite qui ont décidé de revenir sur le marché du travail.

À titre comparatif, le bilan du 7 octobre faisait état de 231 infirmières provenant de la main-d'œuvre indépendante et de 56 travailleuses à la retraite, ce qui illustre une tendance à la baisse dans ces deux catégories.

De surcroît, le ministère dit être en discussion avec près de 2400 candidats potentiels, ce qui représente une hausse de seulement 400 par rapport à la semaine dernière.

Cette nouvelle mise à jour est encourageante et démontre que les efforts des différents établissements portent leurs fruits, estime Christian Dubé, avant d'ajouter que nous sommes sur la bonne voie.

Les efforts déployés par Québec pour contrer la pénurie d’infirmières visent à favoriser la rétention, le retour et l'attraction des infirmières dans le réseau de la santé.

Le gouvernement s’est notamment engagé à mettre un terme au temps supplémentaire obligatoire (TSO), à offrir des montants forfaitaires et des horaires plus stables, et à réduire le recours aux agences de placement privées.

Ces mesures permettront, selon Québec, d'améliorer la conciliation entre le travail et la vie personnelle des infirmières.

Volte-face de Dubé

Le ministre Christian Dubé a fait volte-face hier et repoussé au 15 novembre la date butoir pour la double vaccination obligatoire des intervenants du réseau de la santé contre la COVID-19, sous peine d'être suspendus sans solde. La mesure devait entrer en vigueur le 15 octobre.

Ce report permettra d'atténuer les conséquences sur la continuité des services à court terme, alors que le réseau de la santé et des services sociaux est sous pression actuellement, écrit le ministère dans son communiqué diffusé jeudi.

Cette décision de reporter la date butoir a été saluée par les syndicats, comme la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) et la Fédération de la santé du Québec (FSQ-CSQ).

Dans son bilan quotidien, Santé Québec a recensé 644 nouveaux cas confirmés de COVID-19 et 2 décès supplémentaires. Le nombre d'hospitalisations est quant à lui demeuré stable au cours des dernières 24 heures.

Par ailleurs, le gouvernement Legault devrait annoncer jeudi après-midi que les bars et restaurants du Québec pourront de nouveau fonctionner au maximum de leur capacité dès le 1er novembre. Actuellement, les bars ne peuvent accueillir que 50 % de la capacité maximale prévue au permis d'alcool.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !