•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anjie Hamel, Franco et fière « TikTokeuse »

Montage d'une photo d'une jeune fille souriante dans un écran d'appareil mobile entouré de logos de l'application Tiktok et de trilles franco-ontariens.

La Franco-Ontarienne Anjie Hamel compte plus de 120 000 abonnés sur la plateforme TikTok.

Photo : Radio-Canada / Simon Blais / Photo : Avec la gracieuseté d'Anjie Hamel

En septembre 2019, Anjie Hamel publiait une première vidéo humoristique sur la plateforme TikTok « simplement pour le plaisir ». Aujourd’hui, la Franco-Ontarienne de 19 ans compte plus de 120 000 abonnés sur ce réseau social.

Je ne m’attendais vraiment pas à ça! Je pensais que ce serait seulement des petites vidéos de jokes qui intéresseraient mes amis, rigole la « TikTokeuse ».

Née à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, Anjie Hamel habite en Ontario depuis 2014 et est désormais établie à Ottawa, où elle complète ses études universitaires. Fille de père militaire, elle a aussi résidé en Alberta pendant un peu plus de cinq ans.

Passionnée d’improvisation, celle qui se décrit comme Franco-Ontarienne considère TikTok comme étant le parfait médium créatif pour partager son sens de l’humour.

Raconter la francophonie hors Québec

La majorité du contenu d’Anjie Hamel porte sur la francophonie en milieu minoritaire. C’est le cas, entre autres, d’une vidéo dans laquelle elle se glisse dans la peau d’une enseignante reprochant à ses élèves de toujours parler en anglais, alors qu’ils devraient s’exprimer en français.

Ayant reçu beaucoup de réactions après la publication de cette capsule, la créatrice réalise qu’il s’agit d’une anecdote universelle, vécue par la plupart des étudiants dans les écoles francophones hors Québec. Plusieurs personnes m’écrivent pour me dire qu’ils ont vécu la même chose, souligne-t-elle.

« La communauté francophone hors Québec avait besoin de plus de représentation. Ça donne un sentiment d’appartenance. »

— Une citation de  Anjie Hamel, tiktokeuse franco-ontarienne

Sur Tiktok, la majorité du contenu francophone provient du Québec, remarque-t-elle. Dans les autres provinces, comme l’Ontario ou la Saskatchewan, ce n’est pas aussi courant, souligne la jeune femme.

Parfois, je parle avec des Québécois et ils me disent qu'ils n’ont aucune idée qu’il existe des écoles francophones hors Québec, alors qu’on est plusieurs grandes communautés francophones au Canada, se désole-t-elle.

Utiliser l’humour pour sensibiliser

Créer du contenu majoritairement humoristique ne signifie toutefois pas qu’elle ignore certains sujets plus sérieux. Au contraire, la santé mentale s’avère notamment un thème récurrent dans ses vidéos.

Selon Anjie Hamel, l’humour permet parfois de mettre un baume sur certaines douleurs.

« Dans ma vie, j’ai eu des hauts et des bas [avec la santé mentale] et de partager ça avec le monde, ça le normalise. »

— Une citation de  Anjie Hamel, tiktokeuse franco-ontarienne

Pour rire d’une situation délicate, elle doit cependant l’avoir vécue elle-même. La majorité de mes vidéos, c’est mon expérience personnelle. Je ne veux pas offusquer personne, alors je ne pourrais pas parler de quelque chose que je ne connais pas, fait-elle valoir.

Certains internautes trouvent un réconfort dans les vidéos d’Anjie Hamel. Elle y voit également une forme d’apaisement. C’est l’fun aussi de savoir que je ne suis pas toute seule, renchérit la jeune femme.

Prendre la parole

Avoir une grande visibilité sur les réseaux sociaux vient aussi avec une part de responsabilités, avance la créatrice.

En mars dernier, Anjie Hamel a publié une vidéo sur TikTok dans laquelle elle témoigne d’une agression sexuelle dont elle a été victime à l’âge de huit ans. Elle présente les vêtements qu’elle portait au moment de l’agression. Jusqu’à présent, la vidéo a été visionnée plus de 212 000 fois.

« J’ai voulu partager mon histoire pour contribuer à la déstigmatisation de l’abus sexuel. Plusieurs personnes vivent avec ça et souffrent peut-être en silence. »

— Une citation de  Anjie Hamel, tiktokeuse franco-ontarienne

Je veux garder mon TikTok majoritairement dans la comédie, mais on ne peut pas ignorer les mouvements sociopolitiques qui se passent de nos jours, comme le #MeToo, entre autres, mentionne-t-elle.

Certaines personnes se sont d’ailleurs confiées à elle après avoir regardé cette vidéo. Je suis vraiment reconnaissante envers ceux qui se sont ouverts à moi aussi en retour, ajoute-t-elle.

Anjie Hamel étudie présentement en sciences de la santé et en droit à l’Université d’Ottawa. Bien que TikTok ne fasse pas partie de son plan de carrière, elle compte tout de même continuer à y publier du contenu.

C’est cool que ma présence sur les réseaux sociaux puisse avoir un impact comme celui-là chez certaines personnes, conclut la jeune Franco-Ontarienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !