•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marche à Pessamit pour la protection du territoire et de l’identité innus

Des enfants portent une banderole et ouvrent la marche à Pessamit.

Des jeunes des écoles primaire et secondaire de la communauté ont participé à la marche.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

Plus de 300 personnes se sont réunies jeudi après-midi à Pessamit pour prendre part à une marche pour la protection du territoire, des forêts et de l’identité des Innus. Les marcheurs sont partis de l’école Nussim pour aller ensuite dans les rues de la communauté.

Quelques élus étaient présents, notamment Marcel Furlong, préfet sortant de la MRC de La Manicouagan et candidat pour les élections du 7 novembre, ainsi que Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador.

Cette marche a été organisée dans le cadre de la Grande Marche pour la protection des forêts.

Le chef de la communauté de Pessamit, Jean-Marie Vollant, était aussi de la marche, tout comme des centaines de jeunes du primaire et du secondaire de la communauté.

[On veut] être capables de regarder comment on peut protéger le territoire, sans trop le briser, parce que c'était notre raison de vivre avant.

Une citation de :Jean-Marie Vollant, chef de la communauté innue de Pessamit

Il a expliqué que les membres de la communauté innue souhaitent être consultés pour qu'ils puissent accompagner les exploitants forestiers ou miniers qui désirent exploiter des ressources sur leur territoire ancestral, le Nitassinan.

Souvent, on est confrontés à des visions qui sont très, très conservatrices de ce que représente le territoire pour nous. Et, on est [très loin] de notre vision à nous, de la vision des gens qui occupent et qui utilisent le territoire, et évidemment de la vision gouvernementale qui est vraiment, à certains égards, dépassée par rapport à la réalité qui se vit dans les communautés, a renchéri le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.

Des enfants sont rassemblés autour d'une personne qui joue du tam-tam.

Plus de 300 personnes se sont réunies pour protéger le territoire et l'identité innus.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Selon l'un des organisateurs de la marche, Adélard Benjamin, il était important que la jeunesse soit présente pour faire entendre le message qu'ils avaient à porter et qui s'adressait à tous.

À tout le monde, à des gens qui pensent plus à l'économie, qui pensent plus à développer des choses puis à briser des territoires, alors que maintenant, on a beaucoup d'espèces d'animaux, des oiseaux en disparition, a soutenu Adélard Benjamin.

La crise climatique était aussi au cœur des préoccupations des organisateurs de la marche.

D'après les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !