•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis réintègrent le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Vue de la salle et de la coupole peinte du Conseil.

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève

Photo : Reuters / Denis Balibouse

Reuters

L'Assemblée nationale des Nations unies a voté jeudi pour réintégrer les États-Unis au Conseil des droits de l'homme, plus de trois ans après que la présidence de l'ancien président américain Donald Trump a quitté l'organe onusien en dénonçant un parti pris contre Israël et un manque de réformes.

Les États-Unis, qui n'avaient pas de rival pour intégrer le Conseil composé de 47 membres, ont reçu 168 voix favorables lors du vote secret organisé à l'Assemblée, où siègent 193 pays membres.

Son mandat de trois ans débutera le 1er janvier prochain, laissant imaginer de possibles querelles avec la Chine et la Russie qui ont intégré cette année le Conseil.

À son arrivée à la Maison-Blanche en janvier dernier, Joe Biden a promis que la question des droits de la personne serait au centre de sa politique étrangère, son administration ayant depuis lors reproché sans retenue à la Chine ses agissements à Hong Kong, dans le Xinjiang et à Taiwan, et critiqué la Russie.

Toutefois, une enquête menée par Reuters le mois dernier a démontré que l'administration Biden mettait parfois de côté les droits de la personne dans d'autres pays au profit de questions de sécurité nationale ou de dialogue avec des puissances étrangères.

Les États-Unis auront l'occasion de démontrer à quel point l'administration Biden place les droits de la personne au centre de ses politiques intérieure et étrangère, a déclaré le directeur de Human Rights Watch, Louis Charbonneau.

Washington va dans un premier temps se focaliser sur ce qu'il peut accomplir face à des situations de besoin criant, comme en Afghanistan, en Birmanie, en Chine, en Éthiopie, en Syrie et au Yémen, a déclaré l'ambassadrice américaine à l'ONU.

Nos objectifs sont clairs : faire front au côté des défenseurs des droits de la personne et dénoncer les violations et abus, a ajouté Linda Thomas-Greenfield dans un communiqué, indiquant que les États-Unis allaient aussi s'opposer à l'attention disproportionnée du Conseil sur Israël.

Les candidats du Conseil des droits de l'homme sont élus par groupes géographiques à des fins d'équité. Le vote de jeudi pour élire 13 nouveaux membres et réélire cinq membres s'est déroulé sans candidatures rivales.

Ont aussi été élus le Kazakhstan, la Gambie, le Bénin, le Qatar, les Émirats arabes unis, la Malaisie, le Paraguay, le Honduras, le Luxembourg, la Finlande, le Monténégro et la Lituanie. Ont été confirmés membres le Cameroun, l'Érythrée, la Somalie, l'Inde et l'Argentine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !