•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Lamarche s’engage pour la construction de deux piscines intérieures à Trois-Rivières

Une piscine intérieure.

Jean Lamarche promet la construction de deux piscines si il est élu.

Photo : iStock

Radio-Canada

S’il est réélu, le maire sortant de Trois-Rivières, Jean Lamarche, tâchera de convaincre le nouveau conseil municipal d’aller de l’avant avec un projet de piscine semi-olympique au Centre communautaire de loisirs Jean-Noël-Trudel dans les 100 premiers jours de son mandat. L’annonce de ce projet ne vient pas seule; Jean Lamarche souhaite aussi l’ajout d’un bassin récréatif au Cégep de Trois-Rivières.

Jean Lamarche se positionne dans le dossier de l’accessibilité aux piscines intérieures, qui a fait couler beaucoup d’encre dans les derniers mois, alors que la piscine de l’UQTR était en réfection jusqu’en septembre.

Le candidat à la mairie indique qu’il entend mettre en chantier une piscine de 25 mètres dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, au lieu des 19 mètres prévus au départ au Centre Jean-Noël-Trudel.

On va de l’avant avec ce projet-là. On vient le retravailler en fonction d’une demande grandissante. On y va avec un projet de piscine semi-olympique, déclare Jean Lamarche.

La façade du Centre communautaire Jean-Noël Trudel

Le Centre communautaire Jean-Noël Trudel où logerait le projet de piscine semi-olympique

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Le projet initial avait déjà eu l'appui du conseil sortant, qui avait lui alloué 1,3 million de dollars. Le nouveau conseil sera appelé à se prononcer sur un projet bonifié, entre 7,5 et 8 millions, dont la Ville pourrait débourser jusqu’au tiers des coûts totaux.

Ça va nous permettre de prendre le montant qui est déjà en place de 1,3 million, auquel on va ajouter les montants nécessaires. C’est ça, l’engagement.

Une citation de :Jean Lamarche, candidat à la mairie de Trois-Rivières

De plus, le maire sortant souhaite accroître l’offre de piscine de concert avec le Cégep de Trois-Rivières. Il compte profiter des travaux de remise à niveau prévus à la piscine du cégep pour ajouter un bassin récréatif, avec une contribution municipale de 3,4 millions de dollars étalée sur 10 ans. Le conseil municipal a déjà voté une somme de 1 million de dollars pour la réfection des installations du cégep.

Les deux projets soutenus par Jean Lamarche ajouteraient une disponibilité de 70 heures aux piscines intérieures sur le territoire de Trois-Rivières et ils suivraient la tarification unique, dans le but de rendre les infrastructures accessibles au plus grand nombre de citoyens.

En juillet, un sondage de la firme Léger auquel ont participé 750 Trifluviens indiquait que 78 % des répondants souhaitaient que la Ville investisse pour bonifier l’offre de baignade intérieure.

Un complexe aquatique demandé

L'instigatrice de la page Facebook Groupe de baigneurs et nageurs de Trois-Rivières, Daliane Guimond, se réjouit des engagements électoraux, mais réitère qu'une vision à long terme serait souhaitable pour Trois-Rivières, elle qui défend le projet de complexe aquatique.

Le compte de taxes, je le comprends. Puis, je comprends que c'est un gros montant. Pourquoi on n'a pas une vision future et qu'on ne dit pas : "Ce complexe aquatique-là, il va attirer le tourisme, il va attirer de nouveaux citoyens à Trois-Rivières.

Elle mentionne que la construction de complexes aquatiques est une tendance déjà amorcée dans d’autres villes du Québec.

La candidate à la mairie Valérie Renaud-Martin croit pour sa part que le complexe aquatique est nécessaire à Trois-Rivières, en plus de la piscine déjà prévue au Centre Jean-Noël-Trudel.

Je veux travailler vers l’obtention des subventions, aller chercher la part du gâteau que Trois-Rivières mérite, et de démontrer aux ministres, on a des ministres ici, aux députés, que nous aussi on a le droit à ça et qu’il y a un besoin réel. C’est pas normal que dans une ville de 140 000 habitants, on n’ait pas notre centre aquatique. C’est pas normal qu’on ne soit pas capable de faire la réfection de la plus grande piscine du Canada, déplore-t-elle.

Avec les informations de Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !