•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La future bibliothèque centrale d’Ottawa coûtera plus de 300 M$

behneottawalibrarynaming05au8

Annonce du nom officiel de la nouvelle bibliothèque centrale d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

La nouvelle bibliothèque centrale d’Ottawa coûtera 131 millions de dollars de plus que prévu, pour un total de 306 millions de dollars, selon un rapport rendu public jeudi. La hausse est si importante que la Ville d’Ottawa doit trouver 64 millions pour garder le projet en vie.

Dans les dernières années, la Ville d’Ottawa s'est entendue avec Bibliothèque et Archives Canada sur un partenariat pour mener à terme le projet de bibliothèque centrale sur les plaines LeBreton, au centre-ville de la capitale. Le coût du projet était clair : 175 millions de dollars.

Aujourd’hui connu sous le nom d’Ādisōke, un terme de la langue anishinābemowin qui désigne « l’art du récit », le projet de bibliothèque centrale fait face à d’importants dépassements de coût.

La montée des prix du marché de la construction dans la capitale, l’inflation beaucoup plus élevée que prévu et la rareté de la main-d'œuvre expliquent notamment cette hausse importante de la facture, selon la Ville d’Ottawa.

Dans un rapport déposé au comité des finances et du développement économique de la Ville d’Ottawa et rendu public jeudi, on constate que les 70,5 millions de dollars que devaient initialement débourser Bibliothèque et Archives du Canada ont grimpé à 136 millions de dollars.

Pour sa part, la Ville d’Ottawa devait débourser 104 millions de dollars en plus des 18 millions de dollars pour un stationnement sous-terrain d’environ 200 places. Or, aujourd’hui, la facture est désormais évaluée à 168 millions de dollars.

Deux candidats, EllisDon et PCL Construction, ont été retenus dans le cadre du processus d’appel d’offres qui s’est terminé en septembre. C’est PCL Construction qui propose le prix le plus abordable avec une soumission de 334 millions de dollars.

Le prix des soumissions entraîne, pour la Ville et la Bibliothèque publique d’Ottawa, une hausse de coûts de 36 millions de dollars et de 28 millions de dollars respectivement, peut-on lire dans le rapport.

Une affaire d’inflation, dit le conseiller Luloff

Le problème avec ce projet, c’est l’inflation, affirme d’emblée le président du conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’Ottawa, le conseiller municipal d’Orléans Matthew Luloff.

Selon lui, l’inflation dans le secteur de la construction est en hausse de 65 % depuis 2016, alors que la Ville planifiait initialement une inflation de 10 %.

Matthew Luloff devant un micro lors d'une conférence de presse.

Matthew Luloff, conseiller municipal et président du conseil d'administration de la Bibliothèque publique d'Ottawa, lors de la conférence de presse annonçant l'appellation officielle de l'installation partagée de la Bibliothèque publique d'Ottawa et de Bibliothèque et Archives Canada, le 5 août 2021.

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Mais l’élu est catégorique : le projet est encore réaliste et la Ville pourra éponger une telle facture.

C’est absolument un projet abordable avec les mécanismes qu’on utilise pour le financement.

Une citation de :Matthew Luloff, président du conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’Ottawa

Matthew Luloff croit que le rendement de l'investissement est nettement supérieur à la somme que la Municipalité s’apprête à injecter.

Il s’agit du plus grand projet social de l’histoire de la ville. Les bibliothèques centrales sont des destinations touristiques populaires et incontournables pour les villes, dit-il.

Par ailleurs, si le conseil municipal d'Ottawa approuve ce nouveau cadre financier, la bibliothèque ouvrirait ses portes en 2026, plutôt qu'en 2023.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !