•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccin contre la grippe : protéger les plus démunis en priorité

Un homme se prépare à recevoir un vaccin à l'extérieur d'un établissement.

Une clinique médicale sans rendez-vous a lieu à New Westminster tous les mercredis dans les locaux de l'agence Purpose Society.

Photo : Radio-Canada / Denis Dossman

Alors que la saison de la grippe approche à grands pas, les autorités médicales offrent le vaccin contre la grippe aux personnes les plus à risque, dont les itinérants et les toxicomanes. Les cliniques de vaccination doivent souvent utiliser des approches non conventionnelles.

Le Dr Brian Conway, directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver, travaille avec des personnes démunies et a à cœur de rejoindre celles qui sont souvent en marge de la société.

C'est d'abord parce qu'elles font moins souvent appel aux soins médicaux disponibles, et ensuite parce que, comme beaucoup d'autres personnes en ce moment, elles multiplient actuellement leurs contacts interpersonnels.

Le Dr Conways organise donc régulièrement des cliniques médicales sans rendez-vous en collaboration avec des agences sociales de la région de Vancouver.

Mercredi, l’équipe du Dr Conway s’est installée dans les locaux de la Purpose Society, une agence qui offre des services aux jeunes, aux familles et aux personnes démunies à New Westminster.

Le Dr Brian Conway explique qu’il est important de recevoir le vaccin de la grippe cette année : On n'a pas eu de saison de la grippe l'année dernière. Donc, il n’y a pas d'immunité de groupe qui a été établie.

Il est clair qu'il va y avoir plus de cas de grippe parce que les contacts interpersonnels sont beaucoup plus importants qu'ils étaient l'année dernière.

Une citation de :Brian Conway, directeur médical, Centre des maladies infectieuses de Vancouver
Une dame avec un masque sort d'un établissement. Deux hommes discutent à l'extérieur sur le trottoir.

L'agence Purpose Society à New Westminster offre des services aux jeunes, aux familles, aux itinérants et aux toxicomanes.

Photo : Radio-Canada / Dominique Lévesque

Une demande importante

La demande pour le vaccin contre la grippe et pour des services médicaux en général est élevée, explique Colin Levers, travailleur d’approche à la Purpose Society.

Pour ceux qui vivent dans la rue, c’est difficile de voir un médecin parce qu'il faut souvent prendre un rendez-vous et que les cliniques n’acceptent pas de voir des patients qui ont des symptômes de la COVID-19 , précise M. Levers.

Beaucoup n’ont pas de cellulaire ni d’ordinateur, ajoute-t-il, ce qui rend la prise de rendez-vous et la recherche d’information plus difficiles.

L’employé de la Purpose Society a lui-même reçu le vaccin contre la grippe pour se protéger et pouvoir continuer à aider les sans-abri et les toxicomanes qui fréquentent le centre.

Le vaccin de la grippe subventionné n’est pas encore offert à la population générale, mais la distribution est prévue pour la mi-octobre en Colombie-Britannique, donc, d’un jour à l’autre.

Sur son site Internet, l’Association des pharmacies indique que celles-ci doivent attendre le feu vert de la province afin que toutes aient assez de vaccins et soient prêtes en même temps.

Un constat étonnant

Les cliniques de vaccination contre la grippe permettent également d’apprendre si les patients sont bien protégés contre la COVID-19, explique le Dr Conway.

Même si les résidents du quartier Downtown Eastside de Vancouver ont reçu en priorité le vaccin contre la COVID-19 dans les débuts de la campagne, ce dernier a fait un constat étonnant.

On a parlé à16 individus pour leur offrir le vaccin contre la grippe, et qu’est-ce qu'on a découvert? C'est que seulement 4 d'entre eux avaient été vaccinés contre la COVID-19.

Une citation de :Brian Conway, directeur médical, Centre des maladies infectieuses de Vancouver

Les personnes qui souhaitent recevoir le vaccin contre la COVID-19 sont donc envoyées vers les autorités sanitaires appropriées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !