•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Primes de recrutement : l’Outaouais accueille 14 nouvelles infirmières

Des infirmières marchent de dos dans le corridor d'un hôpital.

Le CISSS de l'Outaouais a attiré 14 nouvelles infirmières grâce aux primes du gouvernement provincial.

Photo : Getty Images

Grâce aux primes proposées par Québec pour attirer de nouvelles infirmières dans le réseau de la santé de la province, l’Outaouais compte 14 nouveaux employés en date de jeudi.

Un nombre qui demeure infime, puisque le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a encore comme objectif d’attirer 350 nouveaux travailleurs pour pallier son problème de main-d'œuvre.

C’est ce qu’a annoncé Josée Filion, présidente-directrice générale du CISSS de l’Outaouais, lors d’une mise à jour du dossier.

C’est une excellente nouvelle pour notre région. Je suis vraiment fière de l'arrivée de ces nouvelles ressources là partout dans nos milieux.

Une citation de :Josée Filion, pdg, CISSS de l’Outaouais

On a aussi 20 nouvelles infirmières auxiliaires qui sont en processus d'embauche, donc on l’espère [un processus qui] se terminera dans les prochaines heures pour qu’[elles] puissent se joindre à la grande famille du CISSS de l’Outaouais.

La femme répond aux questions des journalistes.

Josée Filion confirme le recrutement de 14 nouvelles infirmières alors qu'une vingtaine d'autres poursuivent le processus d'embauche. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Par ailleurs, Mme Filion a confirmé que 100 infirmières et infirmières auxiliaires qui travaillaient à temps partiel ont accepté d’augmenter leur disponibilité à temps complet. Ça aussi, ça vient diminuer grandement la tension et la pression sur le terrain, c’est aussi une excellente nouvelle.

L’annonce des primes et des montants forfaitaires est un levier important pour nous au CISSS de l’Outaouais pour faire face à notre défi plus important, c’est-à-dire la disponibilité de main-d’œuvre, soutient Alain Godmaire, nouvellement nommé au poste de directeur aux communications, ressources humaines et affaires juridiques du CISSS de l’Outaouais.

Il précise que 232 personnes ont aussi accru leur disponibilité pour prendre des quarts supplémentaires, avec comme impact principal, une réduction significative du temps supplémentaire obligatoire [TSO], surtout la fin de semaine.

Questionné pour savoir si le manque de détail entourant les primes crée un frein à l’embauche, M. Godmaire dit attendre des précisions de Québec dans les prochains jours.

Effectivement, ne pas avoir les réponses à toutes les questions que les infirmières et infirmiers peuvent avoir fait en sorte qu'il y a des gens qui hésitent dans le processus, soutient M. Godmaire.

Je vous dirais que c'est beaucoup plus au niveau du rehaussement à temps complet, donc les employés qu'on a déjà, à l'intérieur de l'organisation, précise-t-il. Il reste des précisions à avoir sur le rehaussement à temps complet.

Selon lui, le CISSS garde le nom des personnes intéressées et l’information leur sera transmise lorsqu’elle sera connue.

Refus de TSO en fin de semaine

Le Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais a lancé un appel à ses membres afin qu'ils refusent le TSO au cours de la fin de semaine des 16 et 17 octobre.

À ce sujet, Alain Godmaire soutient qu’avec les nouvelles embauches et le personnel qui a signifié son intérêt à prendre plus de quarts de travail, les besoins en heures supplémentaires sont moindres.

Depuis la mise en place des mesures et des montants forfaitaires, le principal impact a été sur la réduction du TSO, affirme M. Godmaire.

Avec des informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !