•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une initiative de lutte contre l’islamophobie, 4 mois après l’attaque de London

Nokha Dakroub en gros plan.

Le Conseil scolaire du district de Peel a adopté il y a quelques semaines une stratégie contre l'islamophobie présentée par la conseillère Nokha Dakroub.

Photo : Photo fournie par Nokha Dakroub

Radio-Canada

Un conseil scolaire en Ontario a adopté ce mois-ci une stratégie de lutte contre l’islamophobie. Certains souhaitent que ce genre d’initiative s’étende à travers le Canada et demandent plus d’action de la part des pouvoirs publics.

Les crimes haineux contre les musulmans sont en hausse à travers le pays. L'attentat terroriste qui a coûté la vie à quatre membres de la famille Afzaal à London, en Ontario, en juin, a attiré l'attention sur cette triste situation.

À Mississauga, dans la même province, la conseillère scolaire Nokha Dakroub a remarqué une évolution positive vers la lutte contre l'islamophobie.

La motion contre les discriminations à l’égard des musulmans qu’elle a proposée a été entérinée par le Conseil scolaire du district de Peel, dans la banlieue de Toronto. Elle comprend une formation obligatoire pour l’ensemble du personnel.

Nous devons continuer à travailler, par le biais de l'éducation du public, pour combattre les éléments de haine qui existent dans notre société, a-t-elle déclaré.

L'éducation est la clé

Ça ne changera pas les choses du jour au lendemain. Nous n'allons pas mettre en oeuvre une stratégie dans quelques mois et déclarer tout d'un coup que l'islamophobie est chose du passé et que nous n'avons plus de problème, a continué Mme Dakroub.

Est-ce que ça va marcher? Je pense que oui, parce que je crois fermement que l'éducation du public est la clé pour sensibiliser et changer le monde.

Si elle se dit emballée par l’idée d’une telle politique à l’école, Aysha Yaqoob, enseignante à Regina en Saskatchewan, souhaite que l’initiative du conseil scolaire ontarien ne devienne pas un coup d’épée dans l’eau.

Certaines des formations [antiracisme] qui sont faites […] ne sont pas vraiment authentiques ou significatives. C'est très court et pas continu. J'espère donc que cette formation soit continue, pour tout le personnel et pas seulement pour le personnel enseignant , a-t-elle déclaré.

Aysha Yaqoob assise.

Enseignante à Regina, Aysha Yaqoob pense qu'il y a eu peu d'action de la part de la classe politique pour lutter contre l'islamophobie depuis l'attentat de London, lors duquel quatre membres d'une même famille ont été tués.

Photo : Photo soumise par Aysha Yaqoob

Il est également important que des éducateurs musulmans dirigent la formation complète, selon elle, et que celle-ci aille au-delà de la surface des célébrations culturelles, par exemple.

Cet été, le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) a publié un ensemble de 61 recommandations politiques pour tous les ordres de gouvernement afin de prendre des mesures contre l'islamophobie, y compris des mesures pour le système d'éducation du Canada.

Le groupe de défense à but non lucratif a élaboré les recommandations après avoir tenu des séances de consultation avec des mosquées, des groupes communautaires et des organisations représentant les musulmans canadiens à travers le pays.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !