•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre-Yves Roy-Desmarais : un premier spectacle survolté

La grande première montréalaise du premier spectacle de l'humoriste Pierre-Yves Roy-Desmarais a eu lieu mercredi soir au Théâtre Olympia. Il a eu droit une ovation bien méritée.

Pierre-Yves Roy-Desmarais fait des simagrées sur scène.

Pierre-Yves Roy-Desmarais

Photo :  La production est encore jeune / Karine Dufour

Son nouveau spectacle, intitulé Jokes, chapeau, maman, magie, piano, venait à peine de commencer que Pierre-Yves Roy-Desmarais se disait déjà à bout de souffle, et avec raison.

Parcourant la scène frénétiquement comme s'il s'agissait de son dernier moment sur terre, il a multiplié les coups de pied et les simagrées comme s'il était devant un Centre Bell plein à craquer. En véritable rock star, l'humoriste, qui a fait un malheur sur le web ces dernières années et qui s'est illustré avec sa chanson d'ouverture pour le Bye bye 2020, voulait bien nous montrer qu'il pouvait nous tenir en haleine pendant une heure. Son pari a été réussi.

Il le dit d'emblée, l'humoriste aime les jokes et il va nous en raconter 312 pendant son spectacle. Avec sur scène un piano, une guitare qu'il utilisera à bon escient et un micro, Pierre-Yves Roy-Desmarais a beaucoup chanté et dansé. Il y a dans sa mise en scène des effluves de Jim Carey, de Michel Courtemanche et de Stéphane Rousseau. Ses blagues prennent parfois des détours sinueux, comme celles des regrettés Andy Kaufman et Norm Macdonald. Rarement au Québec a-t-on déjà vu un tel mélange de styles et ça fait du bien – et ça fait surtout rire.

Pierre-Yves Roy-Desmarais a bien quelques blagues anales et à tendance phallique dans son répertoire, mais il se démarque surtout par son sens de la répartie. Bien de son époque, l'humoriste de 27 ans veut créer un moment, faire vivre une expérience à son public. Il se moque des préjugés et des personnes bien-pensantes, tout ceci au profit de la blague. Ses imitations fort réussies lui permettent de créer des personnages qui enrichissent son univers.

D'ailleurs, c'est parce qu'il joue si bien avec les codes que l'humoriste réussit à faire passer ses blagues, même les plus ratées ou les plus osées. Il s'est d'ailleurs permis de faire un doigt d'honneur à un enfant de 8 ans qui se trouvait dans la salle.

Pierre-Yves Roy-Desmarais a visiblement des nerfs d'acier parce que même devant un public constitué en bonne partie de collègues humoristes, de journalistes et de personnes invitées triées sur le volet, il a fait preuve d'une redoutable énergie sans jamais montrer le moindre signe de nervosité.

Mention honorable à Sam Boisvert, qui a bien réchauffé la salle en première partie. Ses talents de conteur sont indéniables. Comme Pierre-Yves Roy-Desmarais, il a obtenu son diplôme de l'École nationale de l'humour en 2017. Et comme Pierre-Yves Roy-Desmarais, il a le sens de la chute. Son style n'est plus à travailler, il est à découvrir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !