•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une arme factice sème l’émoi : des élèves du Collège des Compagnons menottés

Le collège des Compagnons est une école secondaire de l'arrondissement Sainte-Foy.

L'activité scolaire s'est déroulé dans un boisé de cette école secondaire de l'arrondissement Sainte-Foy.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

Une activité scolaire impliquant des armes factices de type « laser tag » a mené à un déploiement policier sur les terrains du Collège des Compagnons, mercredi. Des élèves ont même été menottés et interpellés par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

La police confirme être intervenue vers 15 h 10, mercredi, après avoir reçu le signalement d'un jeune armé dans un boisé de cette école secondaire de l'arrondissement Sainte-Foy.

Sur place, les policiers localisent trois personnes dans le boisé des Compagnons-de-Cartier qui tenaient en main ce qui semblait être une arme longue véritable, explique David Poitras, porte-parole au SPVQ.

 La façade de l'école secondaire avec son nom.

Quand du « laser tag » déclenche une opération policière

Photo : Radio-Canada / Éric Careau

Devant la nature du signalement, les autorités ont agi de façon musclée. [Les trois jeunes] ont été [contraints] par les policiers de laisser tomber les armes et d’obtempérer aux commandes, ce qu’ils ont fait sans résistance. Ils ont été menottés par mesure préventive en raison de l’urgence et du contexte de la situation, ajoute M. Poitras.

Tout appel relativement à un individu armé est considéré [comme] fondé jusqu’à preuve du contraire, et ce, afin de remplir notre mission première qui est de protéger la population.

Une citation de :David Poitras, porte-parole, Service de police de la Ville de Québec

Dans un courriel envoyé aux parents après l'incident, et dont Radio-Canada a obtenu copie, la direction du collège explique que c'est un résident du secteur qui a alerté la police. Un résident ayant croisé un jeune, qu’il croyait armé, a téléphoné au 911, ce qui a amené l’intervention sur nos terrains, a écrit la directrice de l'école, Christine Garcia. Dès que nous avons été avisés, nous sommes intervenus pour expliquer la situation.

La police a profité du malentendu pour sensibiliser la population au risque d'utiliser une arme factice ou à air comprimé à proximité d'une institution scolaire. La distinction entre une vraie et une fausse arme est souvent difficile à faire, et ne justifie pas son utilisation en public, insiste le SPVQ.

Une arme factice tout de même réaliste sur un arrière-plan coloré.

L'une des armes utilisées par la compagnie Aventure Laser Tag.

Photo :  Capture d’écran / Aventure Laser Tag

Omission d'avertir la police

Toujours selon le courriel envoyé aux parents, il s'agissait de la deuxième fois qu'une telle activité était tenue sur le terrain de l'école cet automne, dans le cadre d'un cours d'éducation physique.

La première fois, nous avions avisé notre policière école. Ce que nous aurions dû faire également cette fois. Nous aurions dû aussi aviser le SPVQ, mentionne Mme Garcia. Elle précise que le terrain avait été balisé avec des affichettes annonçant la présence de l'activité, mais cela n'a pas suffi.

L'entreprise responsable du jeu, Aventure Laser Tag, une division d'Animation Katag, fait elle aussi son mea culpa. D'habitude, on essaie toujours d'appeler pour avertir. Hier, il y a eu un oubli. On n'a pas appelé. L'école n'a pas appelé non plus. On n'a pas appelé pour avertir. [...] J'avoue ma responsabilité, concède sans détour Éric Dugal, cofondateur d'Animation Katag, qui a accepté d'accorder une entrevue à Radio-Canada.

Je comprends que de prime abord, si t'as un appel, pis on te dit il y a des fusils d'assaut, je peux comprendre. Je pense qu'hier, les policiers sont arrivés [...] prêts pour toute éventualité.

Une citation de :Éric Dugal, cofondateur, Animation Katag

L'organisme à but non lucratif tient des activités aux quatre coins du Québec. Elle se spécialise dans les combats d'épées-mousses et a depuis peu ajouté les fusils laser à son offre.

Un boisé à Québec.

Le boisé à proximité de l'école.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

M. Dugal ne cache pas que les policiers ont déjà été appelés à intervenir dans le cadre de leurs activités, mais pas de manière aussi sévère que mercredi. Les policiers sont intervenus en pensant avoir affaire à une situation dramatique et urgente. Il y a eu une intervention plus intense que ce qu'on a déjà eu affaire dans le passé, dit-il.

Les policiers ont réagi comme ils doivent réagir, n'étant pas certains de ce qui se passe.

Une citation de :Éric Dugal, cofondateur, Animation Katag

Selon ce que son employé sur le terrain lui a rapporté, les policiers n'entendaient pas à rire et ont pris du temps à amorcer une désescalade. Même après avoir constaté que c'était des taggeurs laser pour enfant, des jouets, on est restés sur quelque chose de plus tendu, affirme M. Dugal.

L'entreprise, promet-il, va tirer des leçons de cet incident malheureux et se fera un devoir de contacter systématiquement les autorités. De l'affichage plus clair sera également mis en place. Les armes seront quant à elles peinturées de couleurs vives, comme certaines qui sont déjà utilisées par l'entreprise.

Trois armes factices colorés tout de même réaliste sur un arrière-plan coloré.

Les taggers laser nommés Rasorback sont de couleurs différentes.

Photo :  Capture d’écran / Aventure Laser Tag

Accompagnement

Les élèves impliqués dans cet incident auront droit à un accompagnement, a promis la direction. Déjà mercredi, certains d'entre eux ont été rencontrés et un tour des classes était prévu ce jeudi.

Il est inévitable que certains jeunes aient filmé la situation qui se retrouvera sûrement dans les médias sociaux. Si votre jeune a besoin de soutien, de parler à un intervenant ou d’être sécurisé, n’hésitez pas à nous le référer, a souligné Christine Garcia dans son courriel.

Le centre de services scolaires des Découvreurs n'a pas commenté l'affaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !