•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usine de Produits Forestiers Résolu à Baie-Comeau ne sera pas chauffée cet hiver

Produits forestiers Résolu possède une usine de papier journal à Baie-Comeau.

L'usine de Produits forestiers Résolu à Baie-Comeau en hiver.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada

Contrairement à l’hiver dernier, la compagnie Produits forestiers Résolu (PFR) n’a pas l’intention de chauffer l’usine à Baie-Comeau cet hiver. Le comité de relance de la papetière se dit déçu de la décision et demande de la réviser.

Fermée depuis mars 2020, l’usine contient des équipements qui peuvent se détériorer de manière prématurée si elle est laissée sans chauffage durant l’hiver. C’est ce qu’a fait valoir le comité de relance de Résolu dans un communiqué de presse transmis jeudi matin.

Selon le président du comité de relance de la papetière de Baie-Comeau et préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, cela entraînera des coûts de réouverture très dispendieux et met à risque toute possibilité de relance en fonction d’une possible production de pâte ou autres .

Un homme en complet cravate vêtu d'un manteau de cuir à l'extérieur lors d'une journée grise.

Marcel Furlong, préfet de la MRC de Manicouagan et président du comité de relance de la papetière de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy Martin

Le comité de relance aurait signifié leur appui auprès de l’entreprise pour que celle-ci puisse avoir une aide financière du gouvernement provincial dans le maintien du chauffage de l’usine pendant la saison hivernale.

D’ailleurs, les ministères responsables au sein du gouvernement du Québec nous ont confirmé qu’ils seraient prêts à supporter Résolu si cette dernière faisait une demande en ce sens, a fait valoir M. Furlong par voie de communiqué.

Selon le directeur principal aux affaires publiques et relations gouvernementales, Canada pour Produits forestiers Résolu, Louis Bouchard, la décision n’empêche pas une relance de l’usine.

Louis Bouchard lors d'une entrevue fait à distance derrière son ordinateur.

Selon Louis Bouchard, la décision n’empêche pas une relance de l’usine.

Photo : Radio-Canada

Je prends pour exemple notre usine de Gatineau dont les activités avaient été suspendues pour une période relativement prolongée et sans chauffage. Elle a pu redémarrer ses activités et aujourd’hui elle est présentement en production. Donc effectivement la façon dont on procède nous permettrait de redémarrer au besoin , a-t-il expliqué en entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !