•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CSSRS propose un projet « allégé » de l’École Mitchell-Montcalm à Québec

Devanture de l'école secondaire Mitchell-Montcalm, à Sherbrooke.

Ultimement, c'est le déménagement complet de l'école secondaire Mitchell-Montcalm, à Sherbrooke, que souhaite réaliser le CSSRS.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Radio-Canada

Le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) adopte une nouvelle stratégie pour tenter d'obtenir l'aval du ministère de l'Éducation pour la construction d'un nouvel établissement sur son territoire. Au lieu de proposer un budget pour une école Mitchell-Montcalm flambant neuve, il vise maintenant seulement la construction d'un nouveau pavillon Mitchell.

Le CSSRS a adopté mercredi un projet évalué à plus de 50 millions $. Il s'agit d'une diminution de 100 millions $ sur la proposition initiale.

On va commencer par un bâtiment Mitchell, plus petit, qui va accueillir les élèves de cette école. En plus de ceux qui arrivent au secondaire, et dont la clientèle est en augmentation, indique le directeur général du CSSRS, Carl Mercier.

C'est le choix qui a été fait de présenter un projet plus petit, mais avec plus de chance d'avoir l'approbation du ministère de l’Éducation.

Une citation de :Carl Mercier, directeur adjoint du CSSRS

Carl Mercier rappelle toutefois que le projet d'une nouvelle école Mitchell-Montcalm pour tous les niveaux du secondaire est toujours nécessaire. Le bâtiment Mitchell, souligne-t-il, ne répond plus aux besoins du secondaire.

Il mentionne aussi qu’une fois cette construction autorisée, le CSSRS compte entreprendre des négociations dans le cadre d’une étude d’opportunité de la Société québécoise des infrastructures (SQI), une stratégie avait déjà été utilisée par le CSSRS.

Le ministère de l’Éducation du Québec avait autorisé la construction de 14 classes à l’École de la Croisée, mais ce sont finalement 20 classes qui avaient été construites.

D'autres projets seront relancés

Nous allons remettre sur la table l’École Sacré-Cœur, l’éducation aux adultes et les besoins pour la maternelle quatre ans. Pour le moment, l'envergure des projets et les fonds publics ne permettent pas [ces constructions], malgré les besoins, signale Carl Mercier. Selon lui, 100 nouveaux locaux qui sont nécessaires pour que tous les élèves du territoire du CSSRS puissent avoir accès à la maternelle quatre ans. Pour le moment, ce sont 20 locaux qui y sont voués.

Par ailleurs, il rappelle que de nouveaux bâtiments permettront de désengorger certains centres, et que les vieux seront pleinement réutilisés.

Si nous l’utilisons pour la formation aux adultes, nous n'aurons pas besoin de le réaménager, indique-t-il.

En attendant de résoudre ces problèmes de locaux par de nouvelles constructions, le CSSRS pourrait utiliser des classes modulaires. Le CSSRS possède d'ailleurs un montant de 26 millions $ pour un réaménagement à l'École du Triolet, qui ne peut être utilisé pour le moment. L'école doit d'abord attendre que d'autres bâtiments du réseau subissent une cure de jouvence et puissent accueillir davantage d'élèves avant de pouvoir aller de l'avant avec ses propres travaux.

Nous voulons l'utiliser pour combler les besoins de locaux. Il faut regarder la location de locaux pour accueillir la clientèle, indique le directeur adjoint du CSSRS.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !