•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux jours de grève dans les CPE de la région

Une salle de garderie vide avec des tables et des jeux.

Les éducatrices des centres de la petite enfance affiliés à la CSN tiennent une deuxième et troisième journée de débrayage d'une série de 10 dans le cadre des présentes négociations avec Québec.

Photo : Radio-Canada / Félix Morrissette-Beaulieu

Radio-Canada

En Mauricie et au Centre-du-Québec, les travailleuses des centres de la petite enfance (CPE) sont en grève jeudi et vendredi les 14 et 15 octobre.

Il s’agit des deuxième et troisième journées du mandat de grève de 10 jours des syndiquées de la Fédération de la santé et des services sociaux, affiliées à la CSN.

Une première journée de débrayage a eu lieu le 24 septembre dernier. Les éducatrices ont alors tenu une marche pour intensifier la pression tandis qu'elles négocient actuellement leur nouvelle convention collective avec le gouvernement du Québec. Elles demandent de meilleures conditions de travail, mais surtout des augmentations salariales, et ce, pour tous les employés en poste dans les CPE.

En entrevue à l'émission Toujours le matin, la présidente du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du Coeur du Québec Suzy Gaillardetz mentionne que les négociations ne sont pas rompues, mais que les questions monétaires n’ont pas encore fait l’objet de discussions. « Donc, on veut que ça bouge. On veut que les bottines suivent les babines de toutes les annonces que le gouvernement avait faites sur le vouloir donner des meilleures conditions aux travailleurs en CPE. »

L’enjeu des heures supplémentaires

D’autre part, Suzy Gaillardetz déplore la proposition du gouvernement concernant les heures supplémentaires. À l’heure actuelle, une éducatrice travaille 32 heures par semaine dans le réseau des CPE.

Ils veulent nous faire faire du temps supplémentaire à taux simple jusqu’à 40 heures. Donc, pour les éducatrices en CPE, c’est beaucoup d’heures par rapport au travail effectué, puis c’est quand même lourd comme travail, toute la journée avec des enfants. On espère qu’ils vont entendre notre message.

Une citation de :Suzy Gaillardetz, présidente du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du Coeur du Québec

Elle dénonce aussi le fait que dans les propositions du gouvernement Legault, le salaire d’une technicienne en service scolaire demeure supérieur à celui des éducatrices en CPE. On est quand même, au top de l’échelle, 20 % en bas des techniciennes en service scolaire qui ont le même DEC que nous. Donc, c’est impensable qu’on soit en bas, avec la même technique.

Alors que la députée de Champlain et présidente du Conseil du Trésor Sonia LeBel lance un appel aux syndicats pour qu’ils la rejoignent à la table des négociations, Suzy Gaillardetz indique que son comité y est pourtant toujours et elle s’interroge. « Est-ce que le Conseil du Trésor est assis à cette même table, je ne le sais pas. Mais présentement, on n’a pas de réponse. »

Les dates des prochaines journées de grève n’ont toujours pas été annoncées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !