•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Centralisation des ambulances : des maires portent plainte auprès de l’ombudsman

Une ambulance et deux professionnels de santé dans une rue d'Edmonton en mars 2020.

À Calgary, à Red Deer, à Lethbridge et dans la municipalité régionale de Wood Buffalo, la centralisation est intervenue en janvier 2021.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Radio-Canada

Les maires de Calgary, de Red Deer, de Lethbridge et de la municipalité régionale de Wood Buffalo ont porté plainte conjointement auprès de l’ombudsman de l’Alberta. Ils reprochent au gouvernement d’avoir permis à Services de santé Alberta (AHS) de centraliser les services de répartition des ambulances.

Il est inacceptable que l’on continue de risquer la vie de gens, a déclaré le maire de Calgary, Naheed Nenshi, dans un communiqué mercredi.

Nous avons vu les données et écouté ceux qui sont en première ligne et nous savons que ce système de répartition ne répond pas aux besoins de nos villes. [...] Nous espérons que l'ombudsman de l’Alberta étudiera la gravité de la situation et convaincra le gouvernement provincial de prendre la bonne décision.

Les quatre maires s’opposent à cette centralisation depuis son annonce, durant l’été 2020.

Malgré leurs préoccupations, elle a été mise en place en janvier 2021. Les services de répartition auparavant exploités à l’échelle municipale par Calgary, Red Deer, Lethbridge et de la municipalité régionale de Wood Buffalo ont été transférés dans trois centres déjà existants gérés par AHS.

Cette centralisation des services de répartition était l’une des recommandations faites à Services de santé Alberta dans un audit externe effectué par Ernst & Young. AHS affirmait que la mesure permettrait d’économiser des millions de dollars chaque année et que les patients ne verraient pas la différence.

Problèmes de coordination

En plus des maires, des associations de premiers répondants comme le syndicat des pompiers de Calgary se sont opposés à cette décision.

Ils ont notamment expliqué qu’elle compliquait la coordination entre les différents services : police, incendie et premiers répondants.

Nos camions de pompiers arrivaient sur place souvent avant l'ambulance, mais, désormais, nous n’avons plus cette possibilité, a souligné la mairesse de Red Deer, Tara Veer, dans une entrevue.

Les maires affirment que, depuis la centralisation, il y a une augmentation des erreurs et des délais de réponse, ce qui met en danger la santé et la sécurité des patients dans leurs régions.

Quelques semaines après la réorganisation, ils ont adressé une lettre au premier ministre Jason Kenney et au ministre de la Santé de l’époque, Tyler Shandro.

Nouveau recours

Chaque seconde compte dans une situation de vie ou de mort [...] Nous continuons de voir les conséquences de la centralisation des services de répartition sur le terrain et, sur le plan éthique, nous devons à chaque Albertain de faire tout notre possible, a souligné Mme Veer.

Nos communautés ont essayé par différents moyens de communiquer avec le gouvernement pour lui expliquer que le système présente des failles et pour contester son efficacité, mais nos demandes d’examen par un tiers sont restées sans suite.

L’ombudsman de l’Alberta, Marianne Ryan, supervise les agences provinciales, les municipalités et d’autres autorités et fait des recommandations pour régler les problèmes.

CBC/Radio-Canada a contacté le Bureau de l'ombudsman pour savoir s’il enquêtera sur cette plainte, mais n’avait pas obtenu de réponse au moment de la publication de cet article.

Dans une déclaration faite ce mois-ci, Services de santé Alberta a dit être au courant de la plainte déposée par les quatre maires.

Les services de répartition ont été réorganisés avec succès il y a plusieurs mois, et le système continue de fonctionner comme prévu, peut-on lire dans la déclaration.

D’après les informations de Julie Debeljak et Joel Dryden

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !