•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éducatrices en CPE tiennent deux autres journées de grève

Une manifestante masquée.

Les éducatrices ont manifesté jeudi matin devant le CPE l'Aurore boréale de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Radio-Canada

Les éducatrices en CPE affiliées à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) tiennent deux autres journées de grève, jeudi et vendredi.

Il s'agit de la deuxième et troisième journée d'un mandat de 10 journées de grève adopté par les 11 000 travailleuses représentées par ce syndicat. Plus de 600 d'entre elles se trouvent dans l'Est-du-Québec.

Une première journée de grève pour réclamer de meilleures conditions de travail avait eu lieu le 24 septembre.

Malheureusement, entre le 24 septembre et aujourd'hui, il n'y a pas eu d'avancées significatives, déplore la présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent, Nancy Legendre.

Les éducatrices manifestent jeudi devant leurs établissements respectifs et se rendront à Québec vendredi pour un grand rassemblement devant l'Assemblée nationale.

Une pancarte où il est écrit "Des moyens pour donner de meilleurs services aux enfants".

Les éducatrices en CPE réclament de meilleures conditions de travail.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Alors que leur convention collective est échue depuis plus de 18 mois, les éducatrices réclament notamment de l'aide afin de pouvoir prendre leurs pauses, de respecter leurs ratios et de répondre aux enfants qui ont des besoins particuliers. Comme on est en manque criant de personnel, souvent, ce bout-là est déficient, affirme Nancy Legendre.

Du temps pour préparer des programmes éducatifs pour les enfants et une augmentation salariale sont également demandés.

Des éducatrices avec des pancartes.

Les éducatrices considèrent que le manque de personnel réduit le service qu'elles peuvent offrir aux enfants.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Un salaire bonifié... selon la dernière offre patronale

Jeudi matin, la présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, a annoncé une bonification temporaire du salaire des éducatrices dans le but de contrer la pénurie de main-d'œuvre. Les éducatrices qui en profiteront le plus sont celles qui accepteront de faire des semaines de 40 heures.

Sonia LeBel s'adresse aux journalistes.

La présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel (archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Cette augmentation, qui oscille entre 9 et 17 % du salaire des syndiquées, avait déjà été proposée par Québec en juillet, et était jugée insuffisante.

Sonia LeBel a affirmé qu'une offre bonifiée sera déposée dans les prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !