•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Timmins : la police fustige ceux qui harcèlent les employés des cliniques de vaccination

Un homme à un centre de vaccination à Ottawa remplit une seringue.

Des gens qui se font vacciner à contrecoeur auraient proféré des menaces contre le personnel responsable de la vaccination, selon la police de Timmins.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

Le Service de police de Timmins affirme qu’on lui a signalé un certain nombre d’incidents au cours desquels des personnes ont eu des comportements menaçants lors de séances de vaccination contre la COVID-19.

Dans un communiqué, la police indique qu’elle enquêtera sur tous les cas qui l'exigent afin d'offrir un environnement sûr et sécuritaire au personnel qui s’occupe de la vaccination et à ceux qui se font vacciner.

Les professionnels de la santé et les bénévoles qui sont déployés dans les séances de vaccination de Timmins ont pleinement droit à une protection légale contre les paroles, les gestes ou les comportements menaçants qui visent à créer un environnement hostile.

Une citation de :Communiqué du Service de police de Timmins

Bien que le Service de police de Timmins respecte le droit à liberté d’expression personnelle protégée par la Charte, l'expression d'une opinion ne doit pas avoir pour effet de menacer ou d'intimider celui ou celle qui la reçoit, peut-on également lire dans le communiqué.

Des accusations pourraient être déposées si les enquêtes révélaient des preuves de gestes ou de propos menaçants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !