•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agir pour éviter une augmentation des températures de deux degrés Celsius en Estrie

La chaleur extrême se poursuit jeudi à Sherbrooke. On voit ici le soleil percer derrière le cénotaphe de la ville.

Les températures pourraient augmenter de 2 degrés Celsius d'ici 2070 (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

D’ici 2070, les températures du mois d'octobre pourraient augmenter de deux degrés Celsius en Estrie.

L’éditeur du média spécialisé sur les changements climatiques unpointcinq.ca, Philippe Poitras, explique que de nouvelles prévisions scientifiques confirment une hausse de la température en Estrie au cours des prochaines décennies.

L’objectif était de permettre aux gens de la région de l’Estrie de voir ce qui peut se passer s’ils n’agissent pas.

Une citation de :Philippe Poitras, éditeur de unpointcinq.ca

Il y a une possibilité que ça augmente de deux degrés supplémentaires, mais il y a encore moyen de s’y préparer et de réduire les gaz à effet de serre pour éviter que ça se produise, soutient Philippe Poitras.

Il prévient que l’augmentation des températures peut avoir des impacts à long terme dans plusieurs sphères d’activités.

Il peut y avoir des impacts sur l'agriculture, le tourisme ou la vie en ville. Ça touche toute la population dans son quotidien, signale M. Poitras.

Il mentionne que ce sont des variations météorologiques extrêmes comme des événements de pluie ou de verglas en hiver, des chaleurs extrêmes et des sécheresse avec des pluies intenses, qui peuvent affecter le quotidien.

Nous aurons une augmentation de ces phénomènes climatiques extrêmes, prévient M. Poitras.

Les citoyens ont un rôle à jouer

Philippe Poitras estime que les citoyens peuvent avoir un impact pour ralentir ce réchauffement notamment en réduisant le gaspillage alimentaire ou sa consommation de viande rouge.

Ça représente une importante proposition de gaz à effet de serre. C’est un moyen simple de sauver de l'argent et réduire sa production de gaz à effet de serre. On peut aussi manger local et de saison, indique Philippe Poitras.

Favoriser le compostage ou mieux planifier ses déplacements représentent d'autres éléments de réduction de gaz à effet de serre.

Il invite les citoyens à réclamer des solutions sur les changements climatiques aux personnes qui sollicitent des postes aux élections municipales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !