•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux candidats au coude-à-coude pour la mairie de Calgary

Jyoti Gondek et Jeromy Farkas.

Deux candidats sont au coude-à-coude dans les sondages pour la course à la mairie de Calgary : Jyoti Gondek (à gauche) et Jeromy Farkas (à droite).

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Rousseau

À Calgary, 27 candidats s’affrontent pour succéder au maire sortant, Naheed Nenshi. Toutefois, les sondages montrent que le coude-à-coude se joue entre les deux conseillers municipaux sortants Jyoti Gondek et Jeromy Farkas.


Jyoti Gondek, la centriste

Jyoti Gondek devant une affiche de campagne.

La conseillère municipale Jyoti Gondek tente de se faire élire à la mairie de Calgary.

Photo : Radio-Canada

Née au Royaume-Uni, Jyoti Gondek arrive à Calgary en 1997. Après un doctorat en sociologie urbaine, elle devient consultante en responsabilité sociale. Cette centriste a été élue conseillère municipale en 2017 dans le quartier 3.

J’ai bien regardé ce qu’il faut faire pour que Calgary retrouve son élan. Cela va prendre de la résilience, il va falloir être fort sur le plan économique, social et environnemental, et j’ai ces qualités. Je suis capable de gérer beaucoup de choses en même temps, dit-elle.

J’ai aussi l’expérience de quatre ans au conseil municipal et j’ai constaté qu’il faut que Calgary fasse des changements dans sa façon de gérer le budget et la bureaucratie pour être plus réactif et responsable, ajoute-t-elle.

Si elle est élue, Jyoti Gondek veut se concentrer sur la reprise économique, la relance du centre-ville en encourageant le secteur des nouvelles technologies et des arts et le logement abordable.

Elle veut aussi lancer des discussions avec la province pour augmenter le budget municipal et éviter que 40 % des impôts fonciers de Calgary ne soient transmis à la province qui en redistribue seulement une part aux municipalités .

Pour la Ville, il n'y a qu'une seule source de revenus certaine et prévisible : les impôts fonciers. C'est assez limité pour notre façon de fonctionner. Alors ce que nous devons vraiment faire, c'est ouvrir des discussions pour avoir un meilleur système de revenus , dit Jyoti Gondek.

Les municipalités de l'Alberta ont déjà souligné qu'il était extrêmement important d’avoir un accord équitable avec notre gouvernement provincial, surtout quand la province se décharge de beaucoup de responsabilités sur les municipalités.

Prenez les logements abordables et subventionnés. Actuellement, la Ville doit assumer leurs coûts d'entretien parce qu'ils n'étaient pas prévus dans les budgets provinciaux. On ne peut pas simplement créer la structure. Il faut avoir un volet entretien dans le budget annuel de fonctionnement, explique-t-elle.

Elle souhaite aussi poursuivre le développement du projet de transport en commun de la ligne verte vers les quartiers du nord de la métropole, qui ont besoin de ses services et pour encourager le transport actif.


Jeromy Farkas, le conservateur

Jeromy Farkas devant une affiche de campagne.

Jeromy Farkas mise sur ses positions fiscalement conservatrices pour se faire élire à la mairie de Calgary.

Photo : Radio-Canada

Par contraste, Jeromy Farkas a été le seul conseiller municipal à voter contre le projet de transport en commun de la ligne verte lorsque la phase 1 du projet a été approuvée à 14 contre 1 en juillet 2020. Même s’il promet de poursuivre le travail entrepris pour la phase 1, il ne s’engage pas à terminer les étapes subséquentes.

Né à Calgary, ce conservateur fiscal est diplômé en sciences politiques de l’Université de Calgary. Âgé de 34 ans, il a été élu conseiller municipal du quartier 11 en 2017.

Je me décrirais comme fiscalement conservateur, mais socialement très progressiste. Je crois que je suis le premier conseiller municipal ouvertement LGBTQ, dit-il.

S’il est élu maire, il propose de geler les impôts fonciers pendant quatre ans, de maintenir les services de police, de mieux coordonner les feux de circulation à travers la ville et d’améliorer les services de déneigement.

Je pense que les prochains maire et conseil municipal doivent faire de la responsabilité financière une priorité, dit Jeromy Farkas.

Il y a certains services non essentiels qui pourraient être réduits et d’autres, en particulier autour de la criminalité et de la sécurité, qui devraient être augmentés. L'une de mes principales priorités est donc de maîtriser le budget de notre ville, de dépenser l'argent de manière responsable, mais aussi de s'assurer que l'argent est dépensé pour les bonnes choses, ajoute-t-il.

Selon lui, la clé pour revitaliser le centre-ville est d’y assurer une meilleure sécurité et de poursuivre les projets d'atténuation des inondations.

Calgary est désormais la seule grande ville nord-américaine sans poste de police au centre-ville, qui a fermé au moment où les services de consommation supervisée ont ouvert. Tant de gens à l'échelle internationale ont une image de Calgary datant de 2013 et des inondations alors que centre-ville était sous l'eau et ils ne considèrent pas notre centre-ville comme un endroit où investir, croit-il.


Jeff Davison, troisième dans les sondages

Jeff Davison devant la chambre du conseil municipal de Calgary.

Le conseiller municipal Jeff Davison est troisième dans les sondages, mais espère tout de même qu'il sera élu.

Photo : Radio-Canada / Nelly Alberola

L’ancien conseiller municipal Jeff Davison arrive en troisième place dans les sondages. Né à Calgary, il a travaillé en communications pour l’industrie pétrolière et pour le centre de films de Calgary. Il propose aussi un gel des impôts fonciers et est en faveur du développement de la ligne verte et d’un centre événementiel.

Le maire Naheed Nenshi n’a pas appuyé de candidat, mais il a demandé à la population de ne pas voter pour les solutions faciles, comme les promesses de baisse d’impôts tout en maintenant les services, mais de plutôt demander aux candidats quelle est leur vision pour Calgary .

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !