•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi on ne mange pas ce qu’on pêche?

Pêché ici, mangé ailleurs

La mactre de Stimpson est pêchée ici au Québec, mais peu de Québécois connaissent ce mollusque.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Bien que le fleuve Saint-Laurent fournisse annuellement des tonnes de poissons et de fruits de mer, les Québécois se sont tournés massivement vers l’importation pour remplir leurs assiettes.

Au total, 80 % des produits de la mer du Québec sont exportés à l’extérieur de la province. Ironiquement, près de 85 % de la consommation des Québécois est comblée par les marchés étrangers.

Pour le chercheur François L’Italien de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC), il s’agit d’un legs de l’époque coloniale où le Québec nourrissait la mère patrie.

La chef cuisinière Colombe Saint-Pierre, installée au Bic, tente de faire découvrir le potentiel des pêches du Saint-Laurent et souhaite changer cette tendance.

Carbone parle d'environnement autrement pour répondre aux préoccupations citoyennes. De la vulgarisation scientifique aux enjeux qui touchent le quotidien des Canadiens, les vidéos de Carbone explorent une diversité de problématiques et de défis pour faire des choix plus éclairés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !