•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’heures supplémentaires obligatoires en Outaouais cette fin de semaine

Gros plan sur une infirmière, cadrée des hanches aux épaules, les bras croisés et tenant un stéthoscope.

La SPSO a envoyé un communiqué à ses membres afin de les mobiliser contre le temps supplémentaire obligatoire.

Photo : iStock / FabioBalbi

Radio-Canada

Le Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais (SPSO) lance un appel à ses membres afin qu'ils refusent le temps supplémentaire obligatoire (TSO) au cours de la fin de semaine des 16 et 17 octobre, selon ce qu'a appris Radio-Canada.

Le SPSO a envoyé une note à ses membres pour une fin de semaine sans TSO, estimant que ce mode de gestion tue le réseau de la santé, peut-on lire dans le mémo.

Le syndicat demande donc à ses membres de refuser le TSO ce week-end, demandant donc au Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l’Outaouais d'éviter tout quart en TSO lors de ces deux journées.

On invite aussi les membres à contacter leur syndicat afin de leur prêter assistance si jamais on leur demande de faire du TSO.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a annoncé mardi emprunter la voie judiciaire pour contraindre le gouvernement à cesser d'imposer des heures supplémentaires aux infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques.

La FIQ et ses syndicats affiliés devaient mettre en demeure les ordres professionnels et la Direction nationale des soins et services infirmiers (DNSSI) pour que cette pratique cesse.

Une campagne de mobilisation devait aussi être mise en oeuvre pour que les gestionnaires du réseau de la santé renoncent définitivement au TSO.

Karine D'Auteuil, la présidente par intérim du SPSO, a ajouté que c’est le gouvernement qui doit pallier le manque de personnel en réduisant les services offerts à la population et non pas aux professionnels en soins à redoubler d’efforts pour combler celui-ci.

On veut que le TSO soit banni de la liste de solutions quand il manque des professionnels en soins dans une équipe.

Une citation de :Karine D'Auteuil, présidente par intérim du SPSO

Le code de déontologie nous dit que nous sommes les seuls à dire si nous sommes aptes à donner des soins, a-t-elle fait valoir avant d'ajouter que la fatigue est une faculté affaiblie.

Le CISSS de l'Outaouais réagit

Jeudi, le nouveau directeur des communications, ressources humaines et affaires juridiques du CISSS de l'Outaouais, Alain Godmaire, a affirmé qu’avec les nouvelles embauches et le personnel qui a signifié l’intérêt à prendre plus de quarts de travail, les besoins en heures supplémentaires sont moindres.

Depuis la mise en place des mesures et des montants forfaitaires, le principal impact a été sur la réduction du TSO, affirme M. Godmaire.

On vivait de 3 à 5 TSO par fin de semaine, on en a vécu 4 dans les 3 dernières fins de semaine. On est en contact avec le ministère pour les actions et discussions qu’ils vont avoir avec la FIQ sur le plan national.

Une citation de :Alain Godmaire, directeur aux communications, ressources humaines et affaires juridiques, CISSS de l’Outaouais

On va avoir aussi des discussions avec le SPSO pour discuter des actions qui seront entreprises en fin de semaine, conclut M. Godmaire.

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !