•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La commission d’enquête sur la tuerie de Portapique reporte ses audiences en janvier

Un homme au volant d’une voiture a semé la terreur en Nouvelle-Écosse en avril 2020. La pire tuerie de l'histoire moderne du Canada.

Un homme au volant d’une voiture a semé la terreur en Nouvelle-Écosse en avril 2020 (archives).

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

La commission d'enquête chargée d'analyser les circonstances entourant la tuerie de Portapique, qui a coûté la vie à 22 personnes en Nouvelle-Écosse, annonce qu'elle reporte ses audiences au mois de janvier.

Dans un communiqué publié mercredi, la Commission indépendante sur les pertes massives d'avril 2020 en Nouvelle-Écosse indique que son équipe a besoin de temps pour analyser des milliers de documents et de témoignages recueillis afin de se préparer à la tenue de ses audiences publiques.

De nouveaux témoins détenant des informations au sujet du drame survenu les 18 et 19 avril 2020 continuent aussi de se manifester, selon la commission.

La première phase des audiences, qui cherche à établir ce qui s'est produit, devait débuter le 26 octobre à Halifax, mais elle s'ouvrira finalement le 25 janvier et se poursuivra jusqu'au 3 mars.

Selon la commission, présidée par le juge en chef de la Nouvelle-Écosse Michael MacDonald, ce délai permettra aux intervenants de mieux se préparer en analysant la preuve disponible. Elle assure que ce report n'aura toutefois pas d'impact sur la soumission de son rapport préliminaire en mai et de son rapport final en novembre 2022.

D'après les faits établis par la Gendarmerie royale du Canada, un seul individu a mis le feu à plusieurs résidences et a abattu 13 personnes, le 18 avril 2020 à Portapique, avant d'échapper aux policiers et de tuer neuf autres personnes le lendemain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !