•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture de la frontière avec les États-Unis : un soulagement après une longue attente

Des voitures traversent un pont.

L'économie de Cornwall est étroitement liée aux visiteurs provenant des États-Unis, tout juste de l’autre côté de la frontière (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Les Canadiens pourront désormais traverser la frontière terrestre vers les États-Unis à compter du mois de novembre. Cette annonce met un terme à 19 mois d'interdiction de voyages non essentiels, une décision qui a séparé plusieurs familles en plus de freiner les échanges économiques entre les deux pays.

Rappelons que les Américains adéquatement vaccinés peuvent, pour leur part, visiter le Canada depuis le 9 août dernier. Le Canada avait décidé de retirer l’interdiction de traverser pour voyages non essentiels, alors que le gouvernement américain avait maintenu cette interdiction, au grand dam des voyageurs canadiens.

La récente nouvelle est un soulagement pour bien des Canadiens qui n'ont pas pu voir certains membres de leur famille pendant des mois.

Pour les Canadiens qui voulaient y aller, c'était très compliqué, sinon impossible, lance Larry Rousseau, membre de l'exécutif pour la région d'Ottawa pour l'organisme Democrats Abroad.

Un homme photographié dans un café

Larry Rousseau, vice-président du Congrès du travail du Canada, est né aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

La nouvelle a également été très bien accueillie par les villes frontalières, comme celle de Cornwall dans l’est ontarien. L'ouverture complète de la frontière devrait favoriser l'économie locale.

Je pense que les gens vont revenir petit à petit avec une reprise de confiance en leurs habitudes de voyage et de magasinage en traversant la frontière, dit pour sa part Frédéric Dimanche, le directeur de l'École Ted Rogers en gestion du tourisme et de l'hôtellerie à l'Université Ryerson.

Les snowbirds sont prêts à partir

Les snowbirds, ces Canadiens qui passent leur hiver dans le sud des États-Unis, se réjouissent aussi de la perspective de pouvoir fuir le froid à nouveau, après avoir dû prendre leur mal en patience l'an dernier.

C’est le cas de Don Boudria, un ancien parlementaire canadien et aussi un snowbird : On paye des frais de condo, les taxes et tout le reste pour un chez-soi qu'on ne pouvait pas visiter, c'était frustrant.

Portrait de Don Boudria dans les rues d'Ottawa.

Don Boudria est un snowbird et un ex-député fédéral.

Photo : Radio-Canada / Ismaël Sy

Julie Lavoie, une agente immobilière québécoise établie en Floride, indique que l’excitation était palpable chez ses clients. Ça a été un éclat de joie, parce que je sais que c'est une délivrance pour plusieurs Québécois qui ont investi, temps, argent [et] amitiés, dit-elle.

Cependant, elle avise les Québécois que les mesures sanitaires sont un sujet sensible en Floride et qu’ils ont laissé une trace indélébile sur le climat social de l'État. D’ailleurs, elle ajoute que plusieurs Américains d’autres états y ont emménagé lors de la pandémie : Les Canadiens qui vont revenir ne retrouveront pas nécessairement la Floride d'avant la COVID.

Une femme en entrevue dans un salon

Julie Lavoie, agente immobilière québécoise établie en Floride.

Photo : Radio-Canada

Quant à l'enjeu de la sécurité, les autorités canadiennes de santé publique encouragent les voyageurs à maintenir le port du masque et la distanciation sociale lors de futurs déplacements à l'étranger.

Lors d’un point de presse mercredi, le médecin hygiéniste et directeur général du Bureau de santé de l'Est de l'Ontario, le Dr Paul Roumeliotis, a mentionné que l’ouverture de la frontière ne devrait pas faire une grande différence. Je pense que ça ne va rien changer parce que les personnes qui vont être admises aux États-Unis vont être vaccinées. Je ne pense donc pas que ça va nous affecter de façon importante, a-t-il dit.

Avec les informations d’Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !