•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frontière américaine terrestre : des couples soulagés de la réouverture aux Canadiens

Melanie Francis et son amoureux sourient à la caméra.

La fermeture de la frontière a compliqué la vie de Melanie Francis, qui habite à environ 22 km de son amoureux américain Clifford.

Photo : Melanie Francis

La réouverture de la frontière terrestre des États-Unis au mois de novembre soulage bien des familles, éloignées en raison de la pandémie. Melanie Francis est l’une de ces personnes qui respirent mieux aujourd’hui.

Cette Canadienne, en couple avec un Américain, a hâte de pouvoir passer plus de temps avec son amoureux, après plusieurs mois difficiles. Melanie Francis a rencontré Clifford sur Facebook en décembre 2019.

Après quelques mois de bonheur, sa vie est rapidement devenue plus compliquée avec l’arrivée de la pandémie. La réouverture de la frontière lui procure un énorme sentiment de soulagement.

C’était vraiment difficile d’avancer dans notre relation ou simplement d’être ensemble pendant la pandémie.

Une citation de :Melanie Francis, en couple avec un Américain

Melanie Francis habite dans la région de Niagara Falls à moins d’une heure de route de Clifford, installé à Tonawanda. Avant la pandémie, je quittais mon appartement à 10 h 30 le soir et j’arrivais chez lui vers 11 h. Je pouvais dormir là-bas et traverser la frontière pour aller travailler le lendemain matin, explique-t-elle.

Après quelques mois sans se voir, Melanie Francis a décidé d'épouser son amoureux en octobre 2020 afin de faciliter leurs retrouvailles. J’ai dû me rendre à Toronto pour prendre l’avion pour aller d’abord à Chicago, puis à Buffalo. Nous nous sommes mariés là-bas. Par la suite, nous avons traversé la frontière ensemble avec notre certificat de mariage pour passer notre lune de miel en confinement chez moi. Ce n’était pas évident, mais c’était mieux que nos discussions vidéo quotidiennes, confie-t-elle.

Melanie Francis embrasse son amoureux.

Melanie Francis a épousé son conjoint en octobre 2020.

Photo : Melanie Francis

Mais malgré ce moment de réjouissance, le couple n’a pas eu la vie facile ces derniers mois. Sans la possibilité de prendre davantage de vacances et avec peu de moyens, Melanie Francis a dû à maintes reprises se contenter des appels vidéo.

Le 9 août, les choses ont changé. Le gouvernement Trudeau a rouvert sa frontière et Clifford a pu retrouver sa femme. Mais des exigences au niveau du dépistage compliquent leur quotidien. Clifford a dû produire plusieurs tests négatifs même s’il est complètement vacciné. Je ne comprends pas pourquoi c’est nécessaire, affirme la Canadienne.

Également mère, Melanie Francis se réjouit par contre du fait que son mari puisse enfin passer plus de temps avec sa fille. Même s’il est simplement son beau-père, il a manqué beaucoup de moments importants. Ma fille n’avait que deux ans lorsque la pandémie a commencé, conclut-elle.

Une communauté soulagée

Des histoires comme celle de Melanie Francis, il y en a plusieurs. Tina Ouellette habite à Windsor à seulement 45 minutes de son copain américain James Washington. Elle administre un groupe Facebook, nommé Love without borders, pour communiquer avec d’autres personnes dans sa situation. Elle accueille favorablement la nouvelle de la réouverture de la frontière terrestre des États-Unis. Je n'avais plus d'espoir. Je pensais que j’allais passer un autre temps des fêtes sans lui, affirme-t-elle.

Le maire de Niagara Falls, Jim Diodati, est lui aussi soulagé. Il croit que la nouvelle est un grand pas pour rendre les choses beaucoup plus normales pour les villes frontalières.

Quand vous vivez le long d’une frontière et que celle-ci ferme, c’est comme si la communauté devenait soudainement divisée. C’est comme si on perdait un quartier de la ville.

Une citation de :Jim Diodati, maire de Niagara Falls

Selon le politicien, la situation est devenue rapidement très frustrante pour les habitants de sa municipalité, car beaucoup de familles et des amis ont été séparés.

Avec les informations de Myriam Eddahia

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !