•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève générale illimitée est déclenchée au CPE Au Jardin de Pierrot

Une dizaine d'éducatrices manifestent devant le CPE Au Jardin de Pierrot de Rouyn-Noranda.

Les éducatrices demandent notamment une augmentation de salaire.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Annie-Claude Luneau

Les éducatrices du CPE Au Jardin de Pierrot de Rouyn-Noranda ont déclenché mercredi matin une grève générale illimitée.

Le CPE affilié au Syndicat des Métallos est une des deux seules installations au Québec en grève illimitée.

Il faut commencer quelque part, alors nous on s’est dit : "On va lancer le mouvement." On espère que ça va se régler avant d’aller plus loin, mais si ça ne se règle pas, il faudra bouger, il faudra faire quelque chose; c’est malheureusement le seul moyen qu’on a pour se faire entendre, a expliqué Sonia Charette, représentante du Syndicat des Métallos qui a travaillé 25 ans au CPE Au Jardin de Pierrot.

Moi, après 25 ans de métier, je gagnais 25 $ l'heure. Mon garçon, qui sortait de l'école avec une technique au cégep comme moi, avait plus que moi à sa première année, illustre Mme Charette.

Émilise Lessard-Therrien s'adresse aux manifestants devant le CPE Au Jardin de Pierrot de Rouyn-Noranda.

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, s'est rendue à la manifestation des éducatrices de CPE.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Les hausses salariales sont au cœur des demandes syndicales, mais les éducatrices souhaitent aussi une valorisation de la profession. C’est un enjeu de société. On manque de personnel, on n’a plus d’inscriptions dans la technique d’éducation à l’enfance et le gouvernement annonce 9000 nouvelles places, mais il n’y a déjà pas assez d’éducatrices. Donc, si on ne fait pas de quoi pour garder nos éducatrices et en former de nouvelles, il n’y aura personne pour s’occuper de nos enfants.

Des plans B pour les parents

Le CPE Au Jardin de Pierrot accueille 80 enfants. Ces familles se retrouvent sans service de garde pour une durée indéterminée et devront trouver des solutions.

C'est sûr qu'on est un peu stressé quant à savoir ce qu'on fait avec notre enfant, on travaille nous aussi! Mais en même temps, on les appuie à 100 %. Nos enfants, c'est ce qu'on a de plus précieux dans la vie, soutient la présidente du conseil d’administration du CPE et mère d’une petite fille, Stéphanie Lafrenière-Lefebvre, qui devra faire du télétravail avec sa fille à la maison.

Une autre mère rencontrée sur place abonde dans le même sens. Je les encourage, j’espère que ça ne durera pas des mois et des mois, mais on trouve des plans B pour les prochaines semaines et on se dépanne avec ça. J’ai mon père qui est à la retraite et je peux changer mes horaires de travail pour m’adapter un peu, raconte Mira Fortier.

Des éducatrices accompagnées d'enfants en poussette marchent dans les rues de Rouyn-Noranda.

Le Syndicat des intervenantes en petite enfance de l'Abitibi-Témiscamingue (FIPEQ-CSQ) a organisé une grève tournante à Rouyn-Noranda et à Ville-Marie.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Une centaine d’autres éducatrices affiliées à la CSQ ont aussi tenu une journée de grève mercredi. Elles déplorent notamment que les offres du gouvernement ne sont avantageuses que pour les éducatrices et pas les autres corps de métier.

Il y a une ouverture pour les éducatrices seulement, mais pas pour les autres métiers, et on sait que sans cuisinières, on n'a pas de nourriture pour nourrir les enfants, sans préposées, le lavage et la désinfection ne se font pas. Il nous faut une secrétaire. Tous les corps d'emploi sont importants et on ne voudrait pas qu'ils soient oubliés dans cette négociation-ci, a indiqué Geneviève Héroux, éducatrice en CPE et trésorière pour le Syndicat des intervenantes en petite enfance de l'Abitibi-Témiscamingue à l'émission Ça vaut le retour.

En grève le 13 octobre (Syndicat des intervenantes en petite enfance de l'Abitibi-Témiscamingue, FIPEQ-CSQ)

  • CPE la Ribambelle de Rouyn-Noranda
  • CPE L'Anode magique de Rouyn-Noranda
  • CPE Chez Caliméro de Ville-Marie

Deux autres journées de grève sont prévues jeudi et vendredi pour les syndiqués de la CSN.

Grève de deux jours les 14 et 15 octobre (Syndicat FSSS-CSN)

  • CPE Vallée-des-loupiots de Val-d'Or
  • CPE Bambin et câlin de Malartic
  • CPE Bonaventure de Rouyn-Noranda
  • CPE Fleur et miel de Rouyn-Noranda
  • CPE Au village des petits lutins de Lorrainville
  • CPE Les petits chatons de La Sarre
  • CPE Cannelle et Pruneau de Témiscaming
  • CPE Pidaban de Timiskaming first nation
  • CPE Des p'tits maringouins de Matagami

En mêlée de presse mercredi matin, la présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, s’est dite prête à négocier.

Elle a présenté des augmentations salariales de 17 % l’été dernier et un rehaussement des semaines de travail à 40 heures.

Moi, je respecte les moyens de pression, mais il faut quand même donner l’heure juste et je suis disponible, alors ne dites pas que je ne suis pas disponible. Cela dit, on peut trouver qu’il y a encore du chemin à faire, mais une négociation, c’est un tango qui se danse à deux, alors venez vous asseoir et on va parler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !