•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire : un report bien accueilli dans le milieu de la santé en Outaouais

Immense affiche sur le mur de l'hôpital sur lequel on peut lire " Merci à nos héros du CISSSO".

Les travailleurs de la santé et des services sociaux devront être adéquatement vaccinés d'ici le 15 novembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Radio-Canada

L’annonce du report de l’obligation vaccinale pour les travailleurs de la santé est accueillie favorablement en Outaouais. La date butoir passe désormais du 15 octobre au 15 novembre, comme l’a expliqué le ministre de la Santé Christian Dubé en point de presse mercredi.

Au début du mois de septembre, Québec avait fait savoir qu’elle exigerait que tous les travailleurs de la santé et des services sociaux soient adéquatement vaccinés afin de continuer l’exercice de leur profession, et ce, d’ici le 15 octobre 2021. Ceux qui ne remplissaient pas ces conditions allaient se voir suspendus sans salaire.

Or, Québec a indiqué que les travailleurs auraient un mois de plus pour aller chercher leur passeport vaccinal, c’est-à-dire, leurs deux doses de vaccin contre la COVID-19.

Christian Dubé répond à une question lors d'une conférence de presse.

Le ministre québécois de la Santé Christian Dubé a alloué un mois de plus au personnel de la santé pour se faire adéquatement vacciner.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

En date du 11 octobre, 758 travailleurs de santé et des services sociaux n’étaient toujours pas adéquatement vaccinés en Outaouais. C’est toutefois plus de la moitié moins que le 26 août, alors qu’on en comptait 1828.

Des 758 travailleurs de santé et des services sociaux qui ne sont pas adéquatement vaccinés, 519 n’ont reçu aucune dose et 239 en ont reçu une.

Du côté du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO), on accueille favorablement cette annonce. C'est certain que c'est un soulagement. Finalement, ils ont entendu notre cri d'alerte. Le délai entre le décret et la date butoir était très court, dit Karine D’Auteuil, la présidente par intérim.

Selon elle, la réorganisation des équipes de travail, advenant le retrait de plusieurs employés, s’avérait très difficile.

Portrait de la femme en entrevue via Facetime.

Karine D'Auteuil, présidente par intérim du Syndicat des professionnels en soins de l’Outaouais.

Photo : Radio-Canada

Même son de cloche du côté du Syndicat des travailleurs de la santé et services sociaux en Outaouais (STTSSO-CSN) et à l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), où on se dit soulagés par le report de la date butoir.

Reporter le problème

Les représentants des différents syndicats de la région s’entendent toutefois pour dire qu’un report d’un mois ne réglera pas le problème. On doute que les personnes qui refusent d’être vaccinées changent soudainement d’avis.

Ceux qui ne sont pas vaccinés, je pense que leur décision est prise, peu importe les arguments qu'on va leur donner, indique Josée McMillan, présidente du STTSSO-CSN.

Josée McMillan, présidente Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé des services sociaux de l’Outaouais

Josée McMillan, présidente Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé des services sociaux de l’Outaouais

Photo : Radio-Canada

De son côté, Christine Prégent, représentante nationale à l’APTS, abonde dans le même sens. Elle doute fortement qu’un mois de plus fasse en sorte de combler le manque à gagner en ce qui a trait à la vaccination, mais insiste sur le fait qu’elle n’encourage pas l’obligation à se faire vacciner.

Nous avons de bons taux de vaccinations à l’APTS, mais on respecte les gens qui ont des préoccupations sur le vaccin et qui ont décidé de ne pas se faire vacciner, explique-t-elle.

D’ailleurs, les autres moyens de protection contre la transmission de la COVID-19, comme les tests de dépistage et le matériel de protection, sont des méthodes qui peuvent pallier l’absence d’un vaccin, selon elle.

Mme Prégent est interviewée dans un bureau de l'organisme.

Christine Prégent, représentante nationale à l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) en Outaouais

Photo : Radio-Canada

Karine D’Auteuil du SPSO, souhaite aussi que les tests de dépistage avant les quarts de travail des professionnels de la santé soient pris en compte par Québec, avant de suspendre ceux qui ne sont pas adéquatement vaccinés.

Elle demande aussi à ce que les employés qui ne seront toujours pas vaccinés en date du 15 novembre puissent continuer à travailler, sans toutefois être en contact avec leurs collègues ou bien avec des patients, en télétravail, par exemple.

Dans tous les cas, les syndicats de la région s’entendent tous pour dire qu’il y a déjà un manque important de personnel dans le réseau de la santé et que retirer des professionnels aurait un impact très important, d’autant plus qu’un plan de contingence n’a toujours pas été présenté.

Le CISSS de l'Outaouais encourage les employés à se faire vacciner

Le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a refusé la demande d’entrevue de Radio-Canada au sujet du report de la vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé et des services sociaux.

L’organisation a toutefois fourni une réponse écrite, indiquant que le CISSO accueille l'annonce du report au 15 novembre de la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé et que cela donne une période de répit alors que certains de nos services auraient été impactés advenant une entrée en vigueur au 15 octobre.

Le CISSS de l'Outaouais ajoute aussi qu’ils invitent tous leurs employés à se faire vacciner adéquatement afin de protéger nos milieux ainsi que nos usagers souvent vulnérables .

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !