•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vers de terre « sauteurs » inquiètent un expert des espèces envahissantes

Photo d'un ver de terre

Plus les vers de terre sont nombreux, plus les débris végétaux se décomposent rapidement libérant plus de carbone dans l'atmosphère.

Photo : Erin Cameron

Radio-Canada

La découverte de vers asiatiques sauteurs dans la région de Toronto inquiète Colin Cassin, analyste des politiques pour le Centre des espèces envahissantes, à Sault-Sainte-Marie, en raison de leur impact possible sur la forêt boréale dans le Nord de l’Ontario.

Bons pour le jardin, mauvais pour la forêt. Une phrase que M. Cassin utilise fréquemment pour décrire les vers de terre.

Ils sont excellents pour ronger la couche de détritus organiques, explique le chercheur. Ils dégradent cette couche organique et exposent le sol, et cela change complètement la dynamique de la forêt.

Le ver asiatique sauteur, dont le nom scientifique est Amynthas agrestis, a reçu son surnom en raison de son tempérament plus actif et remuant, selon Collin Cassin.

La plupart des espèces de vers de terre en Ontario sont envahissantes.

En fait, les scientifiques pensent que les vers de terre ont été largement éliminés en Amérique du Nord lors de la dernière période glaciaire, il y a 10 000 ans, mais ils ont été réintroduits sur le continent par les colons européens.

Les vers de terre peuvent se déplacer sur de courtes distances en s'attachant aux bottes d'une personne, ou en s'accrochant à un véhicule tout-terrain ou à un autre mode de transport.

Ils peuvent aussi se déplacer sur de plus longues distances, lorsque le sol contaminé est transporté d'une région à l'autre.

Selon M. Cassin, il est difficile d'éliminer les vers de terre une fois qu'ils sont établis dans une zone.

Mais il est possible de garder les espèces comme le ver sauteur hors du Nord de l'Ontario si les gens évitent de déplacer de la terre d'une partie de la province, ou du pays, à une autre.

Le message clé que je souhaite transmettre aujourd'hui est donc la prévention, conclut Colin Cassin.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !