•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des candidats à la mairie de Gatineau mécontents d’avoir été exclus d’un débat

M. LeBlanc répond aux questions de la journaliste dans son bureau à l'hôtel de ville.

Le candidat Jean-François LeBlanc fait partie des quatre candidats à la mairie de Gatineau qui n'ont pas été invités au débat de jeudi.

Photo : Radio-Canada

Des candidats à la mairie de Gatineau sont mécontents de ne pas avoir été invités à un débat électoral organisé par la chambre de commerce de la ville, qui doit avoir lieu jeudi.

Les candidats indépendants Jean-François LeBlanc, Rémi Bergeron et Jacques Lemay ont clairement exprimé leur frustration, mercredi.

Les six candidats à la mairie devraient être invités. C'est aussi simple que ça, a lancé Jacques Lemay dans un point de presse au cours duquel il a souligné qu’il n’avait nullement l’intention de se désister de la course.

Les résultats d’un sondage Navigator, publiés mardi pour le compte du quotidien Le Droit et du réseau Cogeco accordent, 3 % des intentions de vote à Jacques Lemay. Ce coup de sonde comporte une marge d’erreur de 4 % et a été mené auprès de 510 Gatinois.

Jacques Lemay assure toutefois que ce « premier sondage » ne le décourage en rien et qu’il n’a pas l'intention de céder d'un pouce dans [s]a campagne.

Il a, par ailleurs, dévoilé son mode d’affichage électoral, soit des sacs servant à disposer des feuilles tombant des arbres, à l'automne, sur lesquels on peut lire Je vote Jacques Lemay. Il considère que les traditionnelles affiches électorales nuisent à l’environnement et que les autres candidats devraient s’en détourner pour opter, comme lui, pour une alternative plus écologique.

Je vais être présent partout sur le terrain et je vais intervenir, aussi, publiquement.

Une citation de :Jacques Lemay, candidat indépendant à la mairie de Gatineau
Un homme place des feuilles d'arbres dans des sacs en papier, en face d'une maison.

Jacques Lemay a dévoilé des sacs de feuilles électoraux.

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Quant au sondage Navigator, l’ancien pompier a affirmé que le peu de points de pourcentage qui lui y est accordé ne devrait pas l’écarter d’un débat électoral comme celui de jeudi.

On parle de démocratie. On veut que les gens s'investissent dans la démocratie municipale et lorsqu'on arrive à une forme de sondage, on dit que c'est un sondage éliminatoire. Ça n'a aucun sens, à mon avis.

La Chambre de commerce de Gatineau n’a convié que deux des six candidats à la mairie à une joute oratoire qui aura lieu jeudi. Il s’agit de France Bélisle et de Maude Marquis-Bissonnette, vues comme menant la course électorale jusqu’à présent.

L’organisation a établi, avec ses partenaires pour le débat de jeudi, que seuls les candidats recueillant 10 % des intentions de vote, et ce, avant la répartition des indécis, pouvaient être invités.

Ces critères-là ont été communiqués clairement aux candidats et à deux reprises, a indiqué le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Stéphane Bisson, précisant que ces communications datent d'un certain temps.

Ce qu'on voit aujourd'hui est un peu surprenant parce que la contestation de cette décision aurait peut-être dû venir plus tôt dans le processus.

Une citation de :Stéphane Bisson, président de la Chambre de commerce de Gatineau

Il a ajouté que ces règles qui ont dû être établies n'enlèvent rien aux candidats, qui disposent encore de temps et de plateformes multiples pour défendre leurs idées. Chaque candidat a du mérite et a d'excellentes idées. Par contre, on a dû trancher.

Un homme sourit à la caméra.

Stéphane Bisson, président de la Chambre de commerce de Gatineau

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Durant la campagne électorale de 2017, l'ensemble des candidats à la mairie de Gatineau avaient été invités à ce traditionnel débat. M Bisson que cette formule avait créé certains inconforts.

On s'entend que certains candidats ont des programmes plus articulés que d'autres et, pour permettre qu'il y ait vraiment un débat [...] et l'amener à un autre niveau, on doit nécessairement, à un moment donné, faire certains choix.

Le candidat Jean-François LeBlanc, qui recueille 9 % d’intentions de vote selon le sondage Navigator, qualifie d’inconcevable la décision d’écarter quatre candidats du débat.

Tous les candidats ont le droit d'avoir une campagne juste et équitable et d'être entendus dans tous les débats et sur tous les sujets en vue de faire un choix éclairé le 7 novembre, a-t-il plaidé par communiqué.

Son adversaire Rémi Bergeron a renchéri qu’il faut que ce type d'élection cesse au Québec, car la démocratie est bafouée et la population est tenue dans l'obscurité.

La cheffe d'Action Gatineau, qui a été invitée au débat, est d'avis qu'il est « inacceptable » que Jean-François LeBlanc n'ait pas été convié par la Chambre de commerce de Gatineau. Elle convient que la règle de 10 % d'intentions de vote était claire depuis le début, mais elle estime que son rival correspond à ce critère. Ce dernier a recueilli 9 %, selon le sondage Navigator, mais elle note que la marge d'erreur est de 4 % et le taux d'indécis est de 33 %.

Dans un contexte comme celui-ci, avec un sondage qui n'en est qu'un seul avec relativement peu de participants [...], ce n'est pas nécessairement représentatif de toute la population des Gatinois et Gatinoises, a-t-elle ajouté en entrevue avec Radio-Canada.

La cheffe d'Action Gatineau et candidate à la mairie de Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette au lancement de campagne

La cheffe d'Action Gatineau et candidate à la mairie de Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Sa rivale France Bélisle a quant à elle dit qu’elle « comprend la déception de M. LeBlanc, mais qu’elle respecte, en même temps, la décision des organisateurs du débat de jeudi.

On a été informés de façon proactive et transparente par la Chambre de commerce de Gatineau et la APCHQ que c'était ça l'orientation. [...] On savait donc, il y a plus de deux semaines, que les intentions pour le débat étaient d'aller dans cette direction-là, a-t-elle déclaré.

Une femme devant ses affiches électorales.

France Bélisle a été invitée au débat organisé par la Chambre de commerce de Gatineau, de même que Maude Marquis-Bissonnette.

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !