•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Jean-François Gosselin prend la parole lors d'un point de presse à l'extérieur, en automne.

Jean-François Gosselin propose de construire deux nouveaux liens entre Québec et Lévis.

Photo : Radio-Canada

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, propose maintenant de construire non pas un, mais deux nouveaux liens entre Québec et Lévis : l'un réservé au transport en commun et le second aux automobiles et aux camions, entre autres.

Le candidat à la mairie a pris un peu tout le monde par surprise mercredi matin en présentant son nouveau plan pour améliorer la circulation interrives. Il propose de consacrer le tunnel sous-fluvial reliant les centres-villes de Québec et Lévis entièrement au transport en commun.

Nous, on est d’accord avec la portion transport en commun qui vient relier les deux centres-villes. Par contre, la portion autoroutière, nous, on pense que ça devrait aller vers l’est, indique M. Gosselin.

Esquisse du projet de tunnel Québec-Lévis présentant les sorties et les voies d'accès prévues sur la Rive-Nord.

Jean-François Gosselin affirme que la population est favorable à la construction d’un tunnel entre Québec et Lévis, mais opposée à ce que la circulation automobile débouche au centre-ville, sur la Rive-Nord (archives).

Photo : Gouvernement du Québec

Pour les autres modes de transport (automobiles, camions, motocyclettes, etc.), le chef de Québec 21 invite le gouvernement Legault à reconsidérer la construction d'un lien autoroutier dans l'est de la ville.

Au gouvernement de décider

Il lui laisse le soin de déterminer quel type d’infrastructure conviendrait le mieux : un tunnel ou un pont.

Dans le cas [du] centre-ville à centre-ville, je ne suis pas un expert en la matière, mais ça semble être pas mal la seule possibilité, d'y aller en tunnel. Par contre, plus vers l'est, je laisse le ministère des Transports décider si c'est un tunnel en effet ou un pont. Ça, je laisse ça à eux autres, a précisé Jean-François Gosselin.

Ce sont des choix que le gouvernement aura à faire entre un gros tunnel ou de plus petits tunnels... ou ponts, en passant.

Une citation de :Jean-François Gosselin, chef de Québec 21
Jean-François Gosselin donne un point de presse à l'extérieur lors d'une journée ensoleillée d'automne.

Jean-François Gosselin laisse au gouvernement Legault le soin de choisir si un éventuel quatrième lien prendrait la forme d'un pont ou d'un tunnel.

Photo : Radio-Canada

L’aspirant maire fait valoir qu’en optant pour ce scénario, il ne serait plus nécessaire de construire de nouvelles bretelles d’autoroutes dans les quartiers du centre-ville de Québec.

Je l’entends partout. Les gens nous disent : "On est pour le troisième lien, on est pour le tunnel Québec-Lévis, mais on n’est pas certain pour la sortie autoroutière en plein centre-ville de Québec", rapporte Jean-François Gosselin.

Esquisse du projet de tunnel Québec-Lévis montant l'aménagement de voies de circulation sur deux étages.

Selon Québec 21, la construction d’un tunnel sous-fluvial entièrement réservé au transport en commun coûterait moins cher (archives).

Photo : Gouvernement du Québec

Il ajoute qu’en réservant le lien sous-fluvial au transport en commun, le diamètre du tunnel pourrait être réduit, ce qui permettrait au gouvernement Legault de réaliser des économies.

À date, ce qu’on sait du projet du gouvernement, c’est un gigantesque tunnel [de 19,3 mètres] à deux étages [avec] deux voies pour le transport routier, une voie pour le transport en commun. C’est massif, c’est très large, fait valoir le chef de Québec 21.

Une conversion saluée

La sortie de Jean-François Gosselin a rapidement fait réagir les principaux prétendants à la mairie de Québec. Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, s’est réjoui de voir son adversaire appuyer son idée de consacrer le tunnel Québec-Lévis entièrement au transport en commun. Il l’a même remercié de s’être converti à son idée.

C’est un autre joueur, c’est un autre porte-parole qui appuie cette proposition qu’on met de l’avant. Il ne dira jamais que j’ai raison. Par contre, moi, je compte les appuis et les gens sont en faveur de cette proposition-là. Que d’autres s’en fassent les porte-parole, tant mieux!, a commenté M. Rousseau, tout en précisant qu’il était contre le projet d’un lien autoroutier à l’est.

Jean Rousseau lors d'un point de presse à l'extérieur.

Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, se réjouit d'entendre Jean-François Gosselin appuyer la construction d'un tunnel réservé au transport en commun.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

Le chef de Québec forte et fière, Bruno Marchand, estime pour sa part que le gouvernement Legault pourrait effectivement revoir ses plans et faire du troisième lien un projet de transport en commun. Il croit toutefois que Jean-François Gosselin rêve en couleurs lorsqu’il évoque la construction de deux infrastructures.

Il vit dans un monde de licornes. C’est impossible, présentement, d’ouvrir des dialogues avec le gouvernement puis dire : "je ne vais pas juste négocier un tunnel, je vais en négocier deux avec vous autres", alors que ce n’est même pas un projet présenté par le gouvernement. Ce n’est même pas dans les cartons du gouvernement, fait-il remarquer.

C’est impossible d’avoir [un] quelconque rapport de force. Au gouvernement aujourd’hui, je ne pense qu’on dise : "ah, ça va être intéressant de discuter avec M. Gosselin."

Une citation de :Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière

Un geste électoraliste

De son côté, la cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, a accusé Jean-François Gosselin d’agir avec opportunisme et de chercher d’abord et avant tout à sauver ses sièges dans le secteur de Beauport.

Je pense que c’est définitivement un geste électoraliste. Je pense que c’est digne d’un candidat à la mairie de Lévis, a-t-elle réagi.

Jackie Smith lors d'un point de presse à l'extérieur.

La cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, a qualifié la proposition de Québec 21 d'« électoraliste ».

Photo : Radio-Canada

Jean-François Gosselin a par la suite voulu nuancer sa pensée, affirmant que sa volonté de faire sortir les véhicules ailleurs qu’au centre-ville ne passait pas forcément par la construction de deux nouvelles infrastructures distinctes.

Il soutient qu’une portion du tunnel Québec-Lévis pourrait être déviée pour permettre à la circulation automobile de déboucher à l’est.

Le chef de Québec 21 a pourtant clairement mentionné en point de presse qu’il prônait la construction de deux infrastructures : l’une reliant les deux centres-villes et l’autre située plus à l’est.

Moi, comme maire de Québec, bien ma vision, c'est exactement ça. C'est transport en commun, centre-ville à centre-ville, mais pour ce qui est de l'autoroutier, pour ce qui est du transport par camion, bref, vraiment vers l'est, a martelé Jean-François Gosselin.

Avec la collaboration d’Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !