•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente sur Muskrat Falls : les plaintes des Innus tombent dans l’oreille d’un sourd

Le barrage de Muskrat Falls.

En juillet dernier, Ottawa et Terre-Neuve-et-Labrador ont annoncé une entente de principe de 5 milliards de dollars pour éviter que les dépassements de coûts du projet de Muskrat Falls fassent exploser les tarifs d'électricité des Terre-Neuviens.

Photo : Nalcor

Des semaines avant l’annonce de l’entente de principe de 5,2 milliards de dollars pour restructurer les finances du mégaprojet de Muskrat Falls, la Nation innue du Labrador a prévenu le gouvernement provincial qu’elle n’accepterait jamais un accord conclu sans sa participation.

Selon des lettres obtenues par Radio-Canada, la Nation innue s’est plainte à plusieurs reprises d’avoir pris connaissance de décisions majeures sur la restructuration du projet hydroélectrique la veille ou le jour même de leur dévoilement au grand public.

Ces protestations sont vraisemblablement tombées dans l’oreille d’un sourd et les partis se sont finalement retrouvés devant le tribunal le mois dernier.

L’entente de principe négociée entre Ottawa et Terre-Neuve-et-Labrador vise à éviter que les dépassements budgétaires du barrage fassent exploser les coûts d’électricité des consommateurs. Mais elle réduira aussi les indemnisations dues aux Innus, dont les terres ancestrales ont été inondées pour construire la mégacentrale.

Les lettres, qui retracent la période de 16 mois entre février 2020 et août 2021, ont été déposées en cour lors des audiences sur l’injonction demandée par les Innus pour empêcher la finalisation de l’entente de principe annoncée en juillet dernier.

Nous avons été très francs et notre position était connue depuis très longtemps, a souligné Peter Penashue, membre de l'équipe de négociateurs de la Nation innue, en entrevue mercredi. Nous avions une idée qu'il y avait des failles dans ce processus. Finalement, des soupçons seraient confirmés. [...] Ils essaient de réduire nos indemnisations d'un milliard de dollars [sur 50 ans] et ce n'est pas acceptable.

Premières protestations

Dans une lettre datée du 23 mars 2020, soit un mois après l'annonce des premières négociations formelles entre les gouvernements fédéral et provincial pour restructurer les finances de Muskrat Falls, la Nation innue s’est dite déçue de n’avoir pris connaissance des négociations que quelques heures avant les médias.

Nous aurions aimé être informés plus tôt de l'annonce et de son contenu, a écrit l’ancien grand chef de la Nation innue, Gregory Rich, dans sa lettre adressée à l'ancien premier ministre, Dwight Ball. Nous avons besoin de connaître l’ensemble de ce que le gouvernement de T.-N.-L. envisage de faire […] afin de mettre les Innus hors de cause.

Dans une réplique datée du 21 avril 2020, Dwight Ball a promis d’organiser des réunions mensuelles, au besoin, pour donner des mises à jour et pour permettre des discussions adéquates sur les négociations entre Terre-Neuve-et-Labrador et Ottawa.

Dwight Ball.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, a quitté la vie politique en août 2020.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Cependant, ces rencontres régulières ont vraisemblablement pris fin peu après l’élection d’Andrew Furey à la tête du Parti libéral, en août 2020.

Au cours des derniers mois, le gouvernement de T.-N.-L. a annulé nos rencontres et ne nous a pas tenus au courant des plus récents développements, a écrit la grande cheffe adjointe de la Nation innue, Mary Ann Nui, dans une lettre envoyée à Andrew Furey le 4 janvier dernier.

M. Furey a refusé de nous accorder une entrevue.

Mme Nui a aussi déploré le fait que les Innus n'avaient eu aucun préavis d’une entente de 844 millions de dollars pour différer temporairement le remboursement de la dette liée à Muskrat Falls.

Nous étions particulièrement atterrés quand nous avons appris l'annonce sur la restructuration du projet de Muskrat Falls, le 17 décembre, par le biais des médias, a écrit Mary Ann Nui.

Une promesse de Dwight Ball

Dans cette même lettre, la grande cheffe adjointe a demandé à Andrew Furey de respecter une promesse prétendument faite aux Innus par Dwight Ball, en février 2020.

Votre prédécesseur, le premier ministre Ball, a reconnu l’importance de notre relation quand il nous a promis, en février dernier, que peu importe la restructuration financière nécessaire pour Muskrat Falls, le peuple innu serait mis hors de cause des impacts négatifs de la réduction des tarifs d’électricité.

Une citation de :Mary Ann Nui, grande cheffe adjointe de la Nation innue

Dwight Ball n'a pas accordée d'entrevue à Radio-Canada.

Dans une lettre non datée, Andrew Furey s’est dit très surpris de recevoir la lettre de Mary Ann Nui étant donné que des fonctionnaires provinciaux avaient été priés de vous contacter avant l’annonce sur le report des paiements de la dette.

Mon objectif, et celui de mon gouvernement, a toujours été de vous tenir au courant de ce dossier, a-t-il répondu. Je tiens à vous assurer que l’annonce du 17 décembre n’a aucun impact sur votre entente sur les répercussions et les avantages, soit l’entente qui régit les indemnisations dues aux Innus.

Un représentant avait contacté la Nation innue en novembre dernier pour vous indiquer qu’avec la réorganisation du processus et de l’équipe responsable de la réduction des tarifs d’électricité, nous serions seulement en contact lorsque nos discussions avec le gouvernement fédéral auront atteint un point où nous pouvons vous communiquer des informations significatives, a poursuivi M. Furey.

Un avertissement sévère des Innus

Le 5 juillet dernier, soit trois semaines avant l’annonce de l’entente de principe par Andrew Furey et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, le grand chef innu Etienne Rich a réitéré que les Innus devaient être pleinement informés des négociations avec Ottawa.

Après avoir été pris de court par les deux annonces précédentes sur Muskrat Falls, M. Rich a aussi donné un avertissement au gouvernement provincial.

Cela serait injuste si nous étions tout simplement informés de l’entente après qu’elle soit conclue. Le peuple innu ne le tolérerait pas.

Une citation de :Etienne Rich, grand chef de la Nation innue, dans une lettre adressée à Andrew Furey

Nous avons accepté [le projet de] Muskrat Falls en fonction des conditions de notre entente sur les répercussions et les avantages. Si le gouvernement ne les respecte pas, il ne respecte pas ses obligations légales et morales, a-t-il écrit.

Etienne Rich.

Le grand chef de la Nation innue du Labrador, Etienne Rich

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Malgré cette missive, les leaders innus ont finalement pris connaissance de l’entente de principe la veille de son annonce, lors d’un appel téléphonique.

Ils ont été informés des premiers détails de l’entente de principe pendant une session technique organisée pour les médias et ont attendu des semaines avant d’obtenir des estimations sur l’impact de l’entente sur les redevances innues.

Une attaque à la réconciliation

Etienne Rich a écorché Justin Trudeau dans une lettre envoyée au premier ministre six jours plus tard.

En vertu de l’entente que vous avez conclue en secret avec le premier ministre Furey, le peuple innu pourrait perdre tous les bénéfices qu’il aurait dû tirer du projet. C’est inacceptable. Votre décision constitue une attaque à la réconciliation, a-t-il écrit dans la lettre, le 3 août.

Etienne Rich a demandé aux gouvernements fédéral et provincial de s’engager à réviser l’entente de principe et de fournir des projections quant aux impacts de l’entente sur les indemnisations dues aux Innus. Il a aussi réclamé que la Nation innue participe aux discussions subséquentes sur la restructuration financière du projet.

Nous nous engageons à être transparents, écrit Furey

Dans une lettre écrite deux jours plus tard, Andrew Furey n’a pas répondu directement aux demandes d’Etienne Rich, mais a expliqué que l’engagement de mon gouvernement envers les Innus ne vacille pas. Nous nous engageons à être transparents et francs et à vous fournir les informations pertinentes lorsque nous sommes capables.

Malgré cette promesse, le 10 août, la Nation innue a poursuivi les gouvernements fédéral et provincial, et a demandé une injonction de la Cour suprême provinciale pour suspendre l’entente de principe, qui devait être finalisée le 30 septembre.

Andrew Furey.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, ne nous a pas accordé d'entrevue.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Cependant, avant que le juge Alexander MacDonald ait tranché, la province, Ottawa et la Nation innue ont annoncé une nouvelle série de discussions sur l’entente de principe.

Dans une déclaration, mercredi, le gouvernement provincial indique qu’il s’engage à mener à bien la réconciliation et continue de travailler avec les gouvernements et organismes autochtones.

Il ajoute qu’un processus est maintenant en place pour permettre à la Nation innue d’avoir accès aux informations pertinentes alors que les partis finalisent l’entente définitive sur Muskrat Falls.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !