•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison Chevalier passera aux mains du Groupe Tanguay

Un bâtiment de pierres à la toiture rouge sang de boeuf

La maison Chevalier a été construite en 1752.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

Le ministère québécois de la Culture autorise le Musée de la civilisation à se départir de la maison Jean-Baptiste-Chevalier, un bâtiment patrimonial du quartier Petit-Champlain construit en 1752. Elle sera vendue à une entreprise appartenant à la famille de l'homme d'affaires Jacques Tanguay.

La transaction a été approuvée par la ministre de la Culture Nathalie Roy en vertu d'un décret gouvernemental publié dans la Gazette officielle, mercredi.

Une approbation ministérielle était nécessaire puisqu'il s'agit d'un bien patrimonial classé et appartenant à l'État québécois. L'acte de vente, dont la valeur n'a pas été dévoilée pour le moment, sera signé au cours des prochaines semaines.

La maison Chevalier deviendra ainsi la propriété de Gestion 1608, dont le président est Alexandre Tanguay, fils de l'homme d'affaires Jacques Tanguay. Elle abritera les locaux de la division immobilière du Groupe Tanguay.

On était à la recherche d'un bâtiment pour le Groupe Tanguay, pour installer nos opérations. On cherchait quelque chose dans le Vieux-Québec, au cœur de notre histoire et de notre patrimoine, explique en entrevue Alexandre Tanguay. On est très heureux de pouvoir mettre la main sur une bâtisse extraordinaire.

Un bâtiment historique surplombé par le Château Frontenac

La maison Jean-Baptiste-Chevalier fait partie du site patrimoine déclaré du Vieux-Québec.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

L'intention à court terme est d'y installer les bureaux de la société immobilière. À plus long terme, Alexandre Tanguay n'écarte pas le développement d'une offre touristique dans le bâtiment.

C'est pas dans les plans présentement, mais assurément qu'il y aura peut-être une certaine vocation pour le tourisme. On est au cœur de la ville, au cœur du Petit-Champlain, à deux pas des bateaux de croisière lorsqu'ils reviendront. On a des voûtes extraordinaires qui peuvent servir d'endroit pour les touristes. On est en train de réfléchir à ça, affirme-t-il.

Responsabilités et obligations

En plus d'être protégée individuellement, la maison Jean-Baptiste-Chevalier fait partie du site patrimonial déclaré du Vieux-Québec reconnu par l'UNESCO. Québec lui accorde une valeur patrimoniale exceptionnelle en raison de son histoire ainsi que de nombreuses caractéristiques extérieures et intérieures.

Son nom fait référence à Jean-Baptiste Chevalier, un marchand et armurier de l'époque de la Nouvelle-France. Après la Conquête, l'endroit a longtemps abrité le London Coffee House, un hôtel dont le nom sera conservé durant tout le 19e siècle.

Le futur acquéreur devra donc se conformer aux dispositions de la Loi sur le patrimoine culture. Elle oblige les propriétaires à prendre les moyens nécessaires pour maintenir la qualification patrimoniale d'un immeuble classé. Tous travaux urgents devront être effectués, alors que toutes rénovations devront d'abord obtenir l'approbation du ministère de la Culture.

On est des amoureux de notre ville, des amoureux de l'histoire. C'est un endroit de choix pour nous.

Une citation de :Alexandre Tanguay, président, Gestion 1608

Par écrit, le Musée de la civilisation souligne qu'il s'est assuré, avec le ministère, que l’acheteur adhérait et respecterait les principes de la loi. Alexandre Tanguay convient que l'acquisition viendra avec une part de responsabilités.

Pour nous, c'est une opportunité de mettre la main sur une page d'histoire de la ville de Québec. [...] Ça vient avec des responsabilités, on en est très conscients. On est un groupe engagé dans notre communauté et on va continuer de l'être, promet-il.

Un bâtiment de pierres à la toiture rouge sang de boeuf

La Maison Chevalier ne servait plus à la conservation muséale depuis 2015.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

Excédentaire

La maison Jean-Baptiste-Chevalier, propriété du Musée de la civilisation depuis 1987 et bien de l'État depuis 1956, était devenue excédentaire. Depuis 2015, la maison Chevalier servait uniquement à des fins administratives, explique Anne-Sophie Desmeules, porte-parole du Musée.

Autre facteur motivant la vente, l'immeuble ne répondait plus aux normes muséales. Il était devenu impossible de rencontrer les standards en la matière, rendant difficile la tenue d’expositions en cours d’année, particulièrement avec les variations de températures saisonnières poursuit Mme Desmeules. Le bâtiment n'était pas non plus adapté pour les personnes à mobilité réduite.

Dans un esprit de saine gestion, le bas taux de fréquentation de la maison Chevalier ne justifiait pas des investissements majeurs pour corriger toutes ces lacunes, qui auraient nécessité des travaux d’envergure.

Une citation de :Anne-Sophie Desmeules, porte-parole, Musée de la civilisation

Des démarches pour la mise en vente de la propriété avaient été amorcées en 2018.

Une transaction était devenue imminente au cours de l'été quand des organismes louant des locaux dans la maison Chevalier ont appris que leurs baux ne seraient pas renouvelés. C'est le cas notamment du Centre de valorisation du patrimoine vivant, qui y était installé depuis 2001.

Des acteurs dans les voûtes de la maison Chevalier

Les voûtes de la maison Chevalier servent de décor aux Contes à passer le temps depuis plusieurs années.

Photo : Cath Langlois Photographe

À travers les Rendez-vous ès TRAD et d'autres événements, jusqu'à 20 000 personnes visitent les voûtes de la maison Chevalier chaque année. Le lieu était aussi connu pour la présentation des Contes à passer le temps, durant la période des Fêtes.

Des rencontres avec les locataires actuels sont prévues au cours des prochains jours. Alexandre Tanguay soutient qu'il y aura des portes ouvertes pour eux.

La maison Chevalier en 1960

La maison Chevalier à travers les époques

Photo : Ministère de la Culture du Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !