•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des autobus peu accessibles dans le réseau de transport en commun de l’Î.-P.-É.

Trois autobus de couleur verte dans un stationnement.

Le transporteur T3 Transit, qui dessert la région de Charlottetown, assure les deux nouveaux trajets dans l'est de la province.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Le Conseil des personnes en situation de handicap de l’Île-du-Prince-Édouard réclame plus d’accessibilité au transport en commun de la province.

Deux nouveaux trajets en autobus sont offerts entre Charlottetown et Souris et entre Charlottetown et Georgetown, dans l'est de l'île, depuis mardi.

Les usagers peuvent emprunter ces trajets trois fois par jour, du lundi au vendredi.

L’accès aux personnes ayant des besoins particuliers demeure néanmoins restreint, selon le conseil.

Les personnes à mobilité réduite doivent faire la demande pour le service 72 heures à l’avance.

Les personnes handicapées n’ont pas été prises en considération pour la planification de ce projet, et maintenant elles sont laissées pour compte.

Une citation de :Marcia Carroll, directrice générale du Conseil des personnes en situation de handicap de l’Île-du-Prince-Édouard

Marcia Carroll, directrice générale du conseil, craint que cette demande puisse décourager les gens en situation de handicap à utiliser le transport en commun.

Les gens utilisent le transport en commun parce qu’il est fréquent et disponible pour eux, alors ils peuvent l’utiliser quand ils veulent, a-t-elle déclaré.

Marcia Carroll pose pour la photo.

Marcia Carroll est directrice générale du Conseil des personnes en situation de handicap de l’Île-du-Prince-Édouard.

Photo :  (Steve Bruce/CBC)

L’opposition réagit

Le porte-parole de l’opposition officielle provinciale en matière de transport et d’infrastructure, Ole Hammarlund, a publié une déclaration, le 7 octobre dernier, en réitérant les propos du Conseil des personnes en situation de handicap de l’Île-du-Prince-Édouard.

Son bureau aurait déjà reçu des plaintes de la part de Prince-Édouardiens à mobilité réduite.

L’obligation de réserver un voyage constitue un obstacle inutile. Elle est injuste pour ceux qui sont plus susceptibles d'avoir besoin de ce service de transport, indique la déclaration.

Dans une publication Twitter réalisée la semaine dernière, Anna Keenan, membre du Parti vert défaite lors des dernières élections fédérales, réclamait que les autobus sur les deux nouveaux trajets circulent plus fréquemment pour l’ensemble de la population.

Selon elle, le temps d’attente pour monter sur l’un de ces autobus serait de deux heures. Elle craint que cela décourage la population à utiliser le transport en commun.

Mike Cassidy montre un ascenseur à l'intérieur d'un autobus adapté.

Selon Mike Cassidy, l’achat de nouveaux autobus accessibles serait difficile à l’heure actuelle.

Photo :  (Steve Bruce/CBC)

Les difficultés dans l’acquisition des véhicules

Le transporteur T3 Transit, la société qui exploite les nouvelles lignes de transport en commun, dispose d’un seul autobus accessible pour ces nouveaux trajets.

Le propriétaire de la compagnie, Mike Cassidy, affirme que la période de 72 heures est nécessaire pour organiser le déplacement de cet autobus.

Nous devons savoir où se trouve l’unité accessible, et nous devons nous organiser pour que cette unité soit mise sur le trajet demandé , explique-t-il.

Selon Mike Cassidy, l’achat de nouveaux autobus accessibles serait difficile à l’heure actuelle.

Il explique que l’acquisition et la livraison de ce type de véhicule pourraient prendre de six mois à un an. Vous auriez du mal à trouver un bus accessible sur le marché. L’équipement est très, très difficile à obtenir , dit-il.

Les autobus accessibles usagés sont aussi difficiles à trouver, selon Mike Cassidy.

Une personne fait usage d'un ascenseur installé dans un autobus

Le transporteur T3 Transit, la société qui exploite les nouvelles lignes, dispose d’un seul autobus accessible pour ces nouveaux trajets.

Photo :  CBC / Steve Bruce

Les plans de la province

La province prévoit, pour sa part, acheter d’autres autobus électriques accessibles. Néanmoins, le projet devra encore attendre.

Selon le ministre des Transports, James Aylward, la province doit d'abord comprendre les besoins en matière de transport en commun avant d’acquérir de nouveaux véhicules.

Nous devons mieux cerner la demande, de sorte que lorsque nous irons de l’avant et passerons une commande pour un parc d’autobus électriques, nous aurons une meilleure compréhension des besoins et de la capacité , a-t-il déclaré.

Avec des informations de Steve Bruce, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !