•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des enseignants menacés de sanctions s’ils portent un « meilleur » masque

Une pile de masques N95.

Le masque N95 offre une protection contre les aérosols infectieux uniquement lorsqu'il est bien ajusté, disent les experts.

Photo : AP / Fernando Llano

Radio-Canada

Trois enseignants de la région de York, en banlieue de Toronto, disent que leur école a menacé de les suspendre s'ils portaient un masque de type N95 en classe plutôt qu'un masque chirurgical fourni par le conseil scolaire.

L'un de ces enseignants raconte qu'il a acheté une boîte de masques FN95 avec respirateur en août, jugeant qu'il serait mieux protégé qu'avec les masques chirurgicaux bleus offerts par le Conseil scolaire public anglais de York.

Cet enseignant a un bébé et enseigne à l'élémentaire auprès d'enfants qui sont trop jeunes pour se faire vacciner.

Malgré les avertissements de son directeur et du Conseil, il a porté ses masques tout au long de septembre. Ce mois-ci toutefois, la direction lui a dit qu'il serait suspendu sans salaire s'il ne portait pas un couvre-visage fourni par l'école.

Ça contredit ce qu'ils disent : "nous sommes tous dans le même bateau" et "votre santé mentale est importante pour nous". Si nous nous sentons plus en sécurité [en portant un masque N95], à qui est-ce que ça fait du mal?

Une citation de :Un enseignant de la région de York

Il ajoute ceci : Les masques bleus qu'ils nous donnent ont des ouvertures au niveau du menton et sur les côtés.

Une autre enseignante, qui est immunodéprimée, raconte qu'elle s'est aussi fait dire qu'elle ne pouvait pas porter un masque N95, pas plus qu'un masque chirurgical et un N95 en même temps, une politique du Conseil qu'elle qualifie d'insultante.

Un troisième enseignant de la région de York, qui a un proche immunodéprimé, a raconté à CBC qu'on l'avait également menacé de sanctions, s'il portait un masque KN95 en classe.

Ses supérieurs, dit l'enseignant du secondaire, ont même affirmé qu'il était mal informé lorsqu'il leur a dit que ce genre de masque offrait une meilleure protection.

Je ne me sens pas respecté, appuyé et valorisé, surtout quand on voit que les enseignants qui refusent de se faire vacciner sont mieux traités que ceux qui veulent porter un meilleur masque.

Une citation de :Un enseignant de la région de York

CBC/Radio-Canada a accordé l'anonymat à ces enseignants, parce qu'ils ne sont pas autorisés à parler aux médias et craignent de faire face à des représailles au travail.

Les enseignants en Ontario qui refusent de se faire vacciner doivent subir un test de dépistage rapide deux fois par semaine.

Le Conseil scolaire se défend

Le Conseil scolaire public anglais de la région de York assure, de son côté, que les masques fournis respectent les normes.

Seuls certains membres du personnel qui sont formés pour des interventions médicales auprès des élèves ont accès à des masques N95.

Les masques de type N95 avec respirateur offrent généralement une meilleure protection que les masques chirurgicaux contre les aérosols infectieux, mais uniquement s'ils sont bien ajustés, disent les experts.

De son côté, la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO) incite ses membres à contacter leur représentant syndical s'ils ont des préoccupations. Nous félicitons les conseils scolaires qui permettent à leurs employés de porter de meilleurs masques et nous incitons les autres conseils à emboîter le pas, dit la présidente de la FEESO, Karen Littlewood.

L'épidémiologiste et professeur à l'Université de Toronto Colin Furness affirme que les masques fournis aux enseignants sont de piètre qualité et ne comprend pas pourquoi un conseil scolaire voudrait empêcher ses employés de porter de meilleurs masques.

Les enseignants font face à un énorme niveau de stress, dit-il. S'ils veulent avoir de meilleurs masques, ils devraient avoir le droit de le faire.

C'est comme vouloir réglementer les sous-vêtements que portent les gens, lance-t-il.

Avec des renseignements fournis par CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !