•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’urgence du CHEO frappée par une vague de jeunes patients

Une borne indique le stationnement et l'entrée de l'urgence du CHEO

Le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario observe une augmentation des visites à l'urgence.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) indique qu'il a été inondé de jeunes patients alors que les médecins de famille limitaient les consultations en personne en raison de la COVID-19.

En juillet et en août, plus de 6000 visites au service des urgences du CHEO ont été enregistrées, établissant de nouveaux records mensuels, a indiqué l'hôpital.

En septembre, près de 6700 patients ont visité l’urgence, un chiffre plus conforme à la saison virale, qui dure normalement de novembre à mars.

Là où nous aurions [normalement] la saison de la grippe, à l'automne et à l'hiver, nous voyons ces chiffres maintenant, a déclaré Tammy DeGiovanni, vice-présidente principale des services cliniques et infirmière en chef de l'hôpital.

L’ attente des patients du département a été longue. Nous essayons également de garder les gens séparés et en sécurité et de maintenir la distance, a-t-elle déclaré. Cela crée également des attentes supplémentaires.

Enfants exposés aux virus

Les chiffres anormalement élevés au CHEO sont dus en partie au fait que les enfants contractent certaines maladies qu'ils n'attrapent généralement que plus tard à l'automne, notamment le rhume et le virus respiratoire syncytial (VRS), a déclaré Mme DeGiovanni.

Des élèves passent près d'une enseignante vêtue d'un dossard orange et jaune.

Retour des élèves à l'école St. Benedict dans le quartier Barrhaven, après une fermeture complète en raison d'une éclosion de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Notre hypothèse est que nous avons toute une cohorte d'enfants qui n'ont vraiment pas été exposés à des virus dans la communauté au cours de la pandémie, a-t-elle dit.

Des spécialistes de maladies infectieuses soutiennent que les enfants n'ont pas développé certains anticorps habituels en raison des mesures de santé publique adoptées pendant la pandémie de la COVID-19. 

Pour le CHEO, cela signifie que beaucoup d'enfants malades sont arrivés après la reprise des camps d'été et d'autres activités sociales, y compris les premiers jours et semaines d'école en personne, a affirmé Mme DeGiovanni.

De nombreux nourrissons et tout-petits ont déjà présenté le VRS, un virus qui provoque des symptômes tels que des difficultés respiratoires, une léthargie et une toux persistante. En règle générale, cela ne se produirait pas avant la fin de l'automne ou l'hiver, a-t-elle déclaré.

CHEO pas seul établissement à observer la tendance

Certains résidents ont également amené leurs enfants au CHEO parce que leur médecin de famille n'accepte pas les enfants non vaccinés, en personne, en raison des craintes concernant la COVID-19, a déclaré Mme DeGiovanni.

Parfois, les familles ne savent tout simplement pas quelles options s'offrent à elles. Nous voulons donc vraiment que les familles comprennent les options dont elles disposent, a-t-elle déclaré.

Le CHEO n'est pas le seul hôpital pour enfants à faire face à une augmentation du nombre de jeunes patients. À Toronto, le service d'urgence de SickKids signalait une augmentation de 40 % du nombre de patients en août 2021 par rapport à la même période l'année dernière.

Le mois d’août est normalement le mois le plus tranquille dans cet hôpital. Un autre établissement de Toronto, le St. Joseph's Health Centre, a également signalé que sa clinique pour enfants était plus occupée qu'avant la pandémie et atteignait sa capacité quotidienne.

Alors que les enfants de moins de 12 ans ne peuvent toujours pas être vaccinés contre la COVID-19, toute personne de six mois et plus peut se faire vacciner contre la grippe.

Avec les informations d'Olivia Robinson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !