•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thibodeau propose d’« offrir de la terre » aux itinérants pour cultiver des légumes

Le chef d'Action Montréal estime qu'« il est impossible de sortir les sans-abri de la rue ».

Gilbert Thibodeau avant de monter sur scène.

Le chef d'Action Montréal, Gilbert Thibodeau, aimerait que ses idées soient relayées davantage par les grands médias.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Le candidat à la mairie Gilbert Thibodeau préconise une solution pour le moins originale pour combattre l'itinérance dans la métropole. Le chef d'Action Montréal propose d'« offrir de la terre » aux itinérants, à l’écart des commerces et des résidents, pour qu’ils y cultivent des légumes.

M. Thibodeau a fait cette étonnante déclaration dans le cadre d'une soirée d’échanges sur les priorités des jeunes organisée par une demi-douzaine d’organismes au Campus MIL de l'Université de Montréal, mardi. Valérie Plante, Denis Coderre et Balarama Holness étaient également invités. Il ne s'agissait toutefois pas d'un débat à proprement parler, puisque les candidats, interviewés tour à tour, ne pouvaient pas échanger entre eux.

Selon M. Thibodeau, il est impossible de sortir les sans-abri de la rue. Quand on en sort un, c’est un succès; deux, c’est phénoménal, a-t-il déclaré en réponse à une question sur le sujet posée par l’animateur de la soirée, le journaliste Alexis Tremblay. C’est un choix de vie.

Le chef d’Action Montréal, qui présente cette année 22 candidats répartis dans 12 arrondissements, estime qu’un terrain devrait être réservé à l'écart des commerces ou à l’écart des résidences de façon à dire aux sans-abri : "C’est là que vous allez être".

Pourquoi ne pas leur dire de s’installer sur un terrain précis, leur offrir de la terre, qu’ils plantent des légumes tout l’été et qu’ils s’habituent à un rythme? Peut-être qu’à l’automne, on pourrait même leur [dire] : "Maintenant, récoltez [vos légumes] et vendez-les sur le bord de la rue".

Une citation de :Gilbert Thibodeau, chef d’Action Montréal

Les propos du candidat à la mairie ont tôt fait de se retrouver sur Twitter sous le mot-clic #debatjeunessemtl. Gilbert Thibodeau propose un camp de concentration/potager pour les personnes en situation d’itinérance, pouvait-on lire. Les entourer de clôtures, tant qu’à y être?

Appelé à développer sur le sujet en mêlée de presse, M. Thibodeau a répété en anglais qu’il faudrait trouver un endroit loin des commerçants et du voisinage pour permettre aux itinérants de faire pousser des tomates et des concombres, ce qui pourrait permettre d’en aider quelques-uns. Certains se diront : "Peut-être puis-je devenir quelqu’un de différent".

Le chef d’Action Montréal insiste : Si on répète constamment la même chose en espérant quelque chose de différent, ça n’arrivera pas.

M. Thibodeau – qui affirme avoir siégé au conseil d’administration du centre de thérapie Nouvelle approche d’apprentissage humanitaire, aujourd’hui fermé – dit avoir déjà acheté des logements pour ces gens-là, pour essayer de les sortir de la rue. Le succès de l’opération, à l’entendre, fut relatif.

C’est un choix de vie, a-t-il répété à plusieurs reprises, mardi soir. Il importe ainsi de regarder [la problématique] d’un autre angle, selon lui.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Par ailleurs, M. Thibodeau a fait savoir mardi soir qu’à titre de maire, il n’exigerait pas la vaccination obligatoire des policiers, des cols bleus ou de toute personne proche du public. Notre position est claire : c’est le libre choix, a-t-il affirmé lors de la mêlée de presse.

Denis Coderre, lui, a pris position sur Twitter le 7 septembre dernier en faveur de la vaccination obligatoire des employés de première ligne (policiers, pompiers, etc.).

Quant à Valérie Plante, elle a indiqué mardi soir qu’elle suivait les consignes du gouvernement du Québec et que celui-ci ne recommandait pas pour l’instant la vaccination obligatoire des employés municipaux, y compris les policiers et les pompiers.

Une occasion de se faire voir

Environ 200 personnes étaient présentes pour assister au débat de mardi soir, mais l'événement était aussi retransmis sur le web.

C’était la première fois que M. Thibodeau participait à ce genre d’événement cette année. Le chef d’Action Montréal, qui a été le premier à monter sur scène, a d’ailleurs profité de l’occasion pour dénoncer la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, qui ne l’a pas invité à son débat du 18 octobre.

En mêlée de presse, M. Thibodeau a aussi reproché aux médias traditionnels de ne pas lui accorder assez d’importance, se disant insatisfait de la couverture dont il bénéficie depuis le début de la campagne, qui est entrée dans sa deuxième moitié mardi.

Gilbert Thibodeau prône notamment une réduction de la dette de la Ville de Montréal et une diminution du nombre d'élus municipaux. Il avait brigué la mairie en 2017 à titre d'indépendant, récoltant 0,35 % des voix.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !