•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une place pour célébrer les multiples langues maternelles au Manitoba

Trois danseuses vêtues de robes rouges et vertes dansent.

Des danseurs honorent la culture bangladaise, mardi, lors de l'inauguration de l'International Mother Tongue Plaza à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

Pour célébrer son multiculturalisme et les nombreuses langues parlées au Manitoba, la Place des langues maternelles internationales (International Mother Tongue Plaza) a été inaugurée mardi au parc Kirkbridge, dans le sud de la ville de Winnipeg.

Ce projet a été mené par l’organisme bangladais Manitoba Bangladesh Bhaban pour reconnaître les batailles que certains groupes linguistiques doivent mener pour conserver leur langue vivante.

Chaque nation qui est colonisée ou autrement occupée perd sa langue maternelle. Personne n’en parle ou n’en tient compte. Ce site sera un lieu de rassemblement et rappellera la riche existence de la diversité linguistique et culturelle et nourrira le respect du patrimoine de chacun, a exprimé Khawja Latif, le président de l’organisme Manitoba Bangladesh Bhaban.

Il explique que les quatre petites sculptures et la grande qui ornent la place représentent une mère et ses enfants et montrent que la famille est au centre de la langue.

Il s’agit d’une réplique du monument Shaheed Minar à Dacca, la capitale du Bangladesh, aussi connu sous le nom de monument du martyr.

M. Latif ajoute que c’est un rappel du mouvement qui militait pour que le bengali soit une langue officielle du Pakistan.

Ce mouvement, note-t-il, atteint son apogée le 21 février 1952, lorsque la police a tué des étudiants manifestants. Depuis, ce jour de février est la Journée internationale de la langue maternelle.

 Khawja Latif porte une chemise mauve, un chandail en tricot et une tuque grise.

Khawja Latif, le président de l’organisme Manitoba Bangladesh Bhaban

Photo : Radio-Canada

Le Bangladesh est devenu un pays en 1971, près de 20 ans après le mouvement pour la langue bengalie.

Al-Emran Nickon, qui a fait le chemin de Calgary pour assister à l’inauguration, explique que la langue est indissociable de la culture et de l'identité des Bangladais. Il raconte que dans Bangladesh, Bangla signifie langue et Desh veut dire pays.

Sauvegarde des langues autochtones

La directrice de l’école secondaire Southeast Collegiate de Winnipeg a souligné l’importance de préserver les langues autochtones. Cette école accueille des élèves de différentes Premières Nations du Manitoba et met l’accent sur les enseignements traditionnels et culturels, ainsi que sur l’éducation pédagogique.

La langue relie notre passé à notre avenir. La langue est si importante qu’elle est un élément fondateur et qui solidifie la culture et le patrimoine autochtone. Il faut savoir d’où l’on vient pour avancer dans la vie, savoir où l’on va et ne jamais avoir peur du changement, a indiqué Sheryl McCorrister.

La place comprend également une roue de médecine pour souligner l’emplacement du site sur le territoire du Traité 1, les terres ancestrales de la nation métisse et du territoire traditionnel des Anishinaabeg, Cris, Oji-Cris, Déné et Dakota.

Mme McCorrister parle d’un lieu qui est une véritable déclaration de vérité et de réconciliation.

Au cours de la cérémonie, des élèves de 6e année de l’école Bairdmore ont récité Notre langue fait partie de notre culture et de notre identité en une trentaine de langues, dont le bengali, le cantonais, le punjabi, le kurmanji, l’arabe et l’oromo.

Avec les informations de Rachel Bergen et de Stephanie Cram

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !