•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boom immobilier à Murdochville

Murdochville, en plein cœur de la Gaspésie

Murdochville connaît un boom immobilier depuis le début de la pandémie. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’ancienne ville minière séduit de plus en plus d’urbains grâce au développement de son offre récréotouristique.

Cette bonne nouvelle a un revers : acheter une maison à Murdochville est devenu un véritable casse-tête. Chrystelle Quintin, qui vit depuis un mois dans l’ancienne ville minière, le constate.

L’éducatrice en service de garde à l’école des Prospecteurs loue actuellement une chambre qu’elle devra quitter à l'arrivée de la neige. Son logement sera loué aux touristes durant la saison hivernale, entre décembre et avril.

Chrystelle Quintin est éducatrice au service de garde de l'école des Prospecteurs à Murdochville.

Chrystelle Quintin a accepté un contrat à l'école de Murdochville où elle aimerait s'installer, mais pour l'instant, elle n'a pas encore réussi à trouver un logement.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

La nouvelle arrivante comprend les choix de sa propriétaire. Tous mes amis qui sont ici, dit-elle, ont acheté leur maison à moindre prix. Le montant de l’hypothèque est très bas alors c’est super intéressant pour eux de louer les chambres.

La jeune femme cherche un autre logement, même si le prix risque d'être plus élevé cet hiver. Elle a enterré l'idée de pouvoir acheter à Murdochville et concentre ses recherches dans le secteur de L'Anse-Pleureuse, à 30 minutes de route.

S’il y a une maison à Murdochville, c’est sûr que je veux l’acheter!

Une citation de :Chrystelle Quintin, nouvelle arrivante à Murdochville.

Un parc immobilier vieillissant

Installé depuis un an à Murdochville, Félix Rioux donne un conseil à ceux qui souhaiteraient s'y établir comme lui. Viens ici et parle avec les gens. Il y en a encore des maisons à vendre, mais elles ne sont pas nécessairement affichées. Il n’y a pas d’agent immobilier ici. Ça fonctionne avec le bouche-à-oreille.

Félix Rioux est directeur marketing de l’entreprise du Chic-Chac. Il vient de finaliser avec sa conjointe l’achat d'une seconde maison.

Il admet que les recherches ont été décourageantes au début. Tout ce qu’on a pu trouver, c'était des maisons qui avaient besoin de beaucoup d’amour. On a acheté une maison qui était inhabitée depuis quelques années. On a dû la refaire au complet, comprenant l’électricité, la plomberie, l’isolation.

Félix Rioux travaille comme directeur marketing dans l'entreprise du Chic-Chac à Murdochville.

La vente des maisons est un bon signe, d'après Félix Rioux, directeur marketing du Chic-Chac. Et ce même si beaucoup d'entre elles ne sont occupées que pendant la période touristique.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

C’est sûr, le marché du neuf à Murdoch, il n’y en a pas.

Une citation de :Félix Rioux, directeur marketing de l’entreprise du Chic-Chac à Murdochville.

Félix Rioux estime que la saturation du marché immobilier est un bon indicateur de la vitalité actuelle de Murdochville.

C'est aussi une bonne nouvelle pour le Chic-Chac qui a investi beaucoup pour développer les infrastructures touristiques cours des dernières années. L'entreprise a cru au potentiel de l'ancienne ville minière pour y développer un domaine de ski hors-piste.

De plus en plus de logements locatifs à court-terme

Le développement de l'offre de logements locatifs à court terme n’inquiète pas l’entreprise qui offre aussi de l'hébergement. Plusieurs propriétaires sollicitent le Chic-Chac pour gérer la location de leur maison pendant la période touristique, alors c’est gagnant-gagnant.

Pour une formule parfaitement gagnante, Félix Rioux espère que la ville se dotera bientôt de logements locatifs à long-terme.

L’entreprise a embauché plusieurs travailleurs cette année. Il est devenu difficile pour les employés de trouver des chambres. Le tourisme permet à Murdochville de renaître, mais si on fait grandir notre économie, il faut aussi qu’on soit capable d’accueillir des employés qui viennent ici.

Il souhaiterait que la ville se penche prochainement sur une politique de logement.

Le nouveau visage de Murdochville

La mairesse sortante Délisca Ritchie-Roussy ne s'attendait pas à un boom immobilier dans la région, elle qui vit à Murdochville depuis 1972. Celle, qui sollicite un cinquième mandat à la mairie, constate qu'il ne reste quasiment plus de maisons ni de terrains à vendre.

La Ville a d'ailleurs adopté une résolution sur les terrains vacants qu'elle vend en réclamant aux propriétaires que leur construction soit terminée au bout de deux ans.

L'élue trouve que c'est un des effets positifs de la pandémie.

Tout a changé en un an ou deux. La valeur des propriétés a grimpé. Avant les maisons se vendaient à 25 000 $, aujourd'hui les gens payent au-dessus de 100 000 $ pour avoir une maison, souligne la mairesse sortante.

Délisca Ritchie-Roussy, mairesse sortante, tentera de briguer un cinquième et dernier mandat à la mairie de Murdochville.

« C’est un boom immobilier qui se passe à Murdochville » s'étonne la mairesse Délisca Ritchie-Roussy, résidente depuis 1972.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

L'attractivité nouvelle de la région encourage la municipalité à adopter une nouvelle image de marque. La Ville collabore avec la firme Rues principales pour bâtir un plan d'aménagement afin de revitaliser la 5e rue. L'objectif est de débâtir ou de moderniser les bâtiments pour attirer une population plus jeune.

On a été une ville minière, mais maintenant, on est une ville récréotouristique plus écologique, se réjouit la mairesse sortante.

Malgré une hausse de prix, le marché immobilier à Murdochville reste encore abordable.

Félix Rioux s'en est rendu compte : les gens trouvent ça cher, le prix qu’on a payé pour notre maison. C'est le double du prix moyen d'une maison à Murdochville. Mais, on vient de Montréal et on trouve que c’est très, très, très abordable.

Un texte de Perrine Bullant, avec les informations de Marguerite Morin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !