•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’autobus d’Into the Wild exposé à l’Université de Fairbanks

Un bus rouillé et un hélicoptère.

Le bus avait été déplacé par hélicoptère en 2020 pour renforcer la sécurité du public.

Photo : via reuters / ALASKA DNR

Radio-Canada

Le public peut désormais observer le célèbre autobus du film Into the Wild pendant qu'il est en phase de restauration sur le campus de l'Université de Fairbanks en Alaska.

L’autobus abandonné près du parc national Denali attirerait des curieux du monde entier qui entamaient parfois des pèlerinages dangereux dans la nature de l’Alaska. En juin 2020, il a été retiré par hélicoptère pour des raisons de sécurité et placé dans un hangar.

La semaine dernière, l'autobus a été remis au département d'ingénierie pour être remis en état et qu’il soit par la suite exposé à l’extérieur du Musée du Nord de l'Université de Fairbanks.

Au fil des ans, l'autobus était devenu un lieu de passage important pour ceux qui souhaitent retracer les pas Christopher McCandless. Le jeune homme de 24 ans avait atteint l’autobus à pied en 1992, mais est mort de faim lorsqu'il n’a pas pu rebrousser chemin.

Son destin avait fait l’objet d’un livre écrit par Jon Krakauer, et sorti en 1996 sous le titre Into the Wild. Onze ans plus tard, Sean Penn en a fait une adaptation cinématographique.

L’Alaska avait fait retirer le bus de son emplacement initial après que deux personnes soient mortes en essayant de l’atteindre et que 15 missions de secours avaient été lancées depuis 2009.

L’autobus est conservé dans un espace chauffé et sécurisé. Une baie vitrée surélevée permet à ceux qui le souhaitent de l’observer gratuitement les jours de semaine.

Le véhicule devrait rester sur le campus jusqu'à la fin de l'année scolaire.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !