•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un décret d’urgence imminent d’Ottawa pour protéger la rainette à Longueuil

Ce sera la seconde fois que le gouvernement fédéral utilise ce recours, après un cas à La Prairie, en 2016.

Une rainette faux-grillon.

La rainette faux-grillon est une espèce menacée, protégée par la loi fédérale.

Photo : Getty Images / Robin Arnold

Ottawa s'apprête à promulguer un décret d'urgence pour faire cesser des travaux de prolongement d'un boulevard à Longueuil, qui menacent la rainette faux-grillon, a appris Radio-Canada. Une source bien au fait du dossier au gouvernement fédéral affirme que l'annonce est imminente.

Selon nos informations, deux étapes préliminaires ont été franchies pour permettre l’adoption du décret. Des inspecteurs fédéraux se sont rendus sur les lieux du chantier, la semaine dernière, et des consultations ont été faites auprès du gouvernement du Québec.

Les travaux d'infrastructure en cours visent à prolonger le boulevard Béliveau sur 300 mètres afin de le raccorder à un autre boulevard, tout cela à travers une partie du boisé Du Tremblay.

La zone est désignée habitat essentiel de l’espèce par le gouvernement fédéral. La loi fédérale interdit de détruire l’habitat essentiel d’une espèce menacée et, bien sûr, des individus de l’espèce en question.

Chantier du boulevard Béliveau, à Longueuil.

Après des travaux de déboisement, des travaux d'infrastructure sont en cours au bout du boulevard Béliveau, à Longueuil.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Longueuil avait obtenu une permission du ministère de l'Environnement du Québec pour entamer ces travaux, et ce, malgré l'avis (Nouvelle fenêtre) défavorable du ministère provincial de la Faune, des Forêts et des Parcs.

Dans cet avis, que Le Devoir avait révélé en septembre, on apprend que le projet, à terme domiciliaire, pourrait entraîner des pertes permanentes d’habitat ou encore comporter des risques de mortalité élevés pouvant avoir des conséquences significatives sur le maintien de la population.

Le ministère calcule que l’ensemble du développement entraînera la perte de 35 étangs de reproduction de la rainette.

Ce bilan ne peut donc respecter les objectifs élaborés pour assurer le maintien et le rétablissement de l’espèce à l’échelle de la Montérégie et du Québec. [...] Rappelons que la présence de la rainette faux-grillon dans ce secteur est considérée comme d’importance provinciale.

Une citation de :Avis du ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs du Québec, au sujet du projet

Selon le ministère, 20 % des habitats et donc des populations de rainettes faux-grillon au Québec se trouvent dans le territoire du boisé Du Tremblay, ce qui en fait le plus important site occupé par l’espèce dans la province.

À Longueuil, une pétition (Nouvelle fenêtre) signée par 6000 citoyens demande une « enquête publique » pour comprendre comment le projet de prolongement du boulevard Béliveau a pu aller de l’avant, malgré le fait que toutes les autorités responsables avaient connaissance de la présence d’étangs de reproduction de la rainette faux-grillon.

Nouveau sauvetage du fédéral

À l’été 2016, le gouvernement Trudeau avait déjà posé un geste inédit : il avait interdit toute activité pouvant porter atteinte à la rainette dans une large zone de la ville de La Prairie, ainsi qu'une portion de ses voisines Candiac et Saint-Philippe, en Montérégie.

Le développement complet d'un quartier avait dû être annulé, en plein milieu des travaux, pour éviter de précipiter l'extinction de l'espèce.

En décembre 2020, la Cour suprême du Canada avait confirmé la validité de ce décret.

L'amphibien, qui a le statut d'espèce menacée au fédéral, comme le caribou des bois, a perdu 90 % de son aire de répartition en Montérégie ces dernières décennies, principalement en raison de l'étalement urbain.

Selon des données scientifiques, entre 2004 et 2017, l'habitat de l'animal, constitué d'étangs temporaires, a diminué de moitié, et son territoire est de plus en plus petit. En 2004, 774 étangs étaient répertoriés. Il y en avait 704 en 2014, mais plus que 382 en 2017.

La rainette faux-grillon, qui pèse seulement un gramme et mesure 2,5 centimètres, vit dans les milieux humides. Durant la reproduction, les mâles gonflent leur sac vocal pour produire des chants caractéristiques.

En 2015, la Cour fédérale avait sévèrement blâmé la ministre de l'Environnement du gouvernement de Stephen Harper, Leona Aglukkaq, pour son inaction dans le dossier de la rainette faux-grillon. Le juge lui avait reproché d'avoir ignoré l'avis scientifique de ses propres fonctionnaires en refusant d'adopter un décret d'urgence pour protéger l'espèce en péril à La Prairie.

Le sujet de la rainette faux-grillon est une source de grogne récurrente chez plusieurs élus municipaux. En 2018, le maire de Saint-Lambert avait par exemple déclaré que l’économie et le développement économique doivent survivre plutôt que la rainette faux-grillon.

Un autre dossier pourrait donner lieu à des tiraillements entre Québec et Ottawa : celui du chevalier cuivré, une espèce de poisson en voie de disparition dont l’habitat essentiel se trouve à l’endroit où le port de Montréal souhaite s’étendre, à Contrecœur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !