•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Course à la mairie de Rimouski : Virginie Proulx s’en prend à son opposant

Gros plan sur le visage de Virginie Proulx pendant une conférence de presse.

Virginie Proulx, candidate à la mairie de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Michaële Perron-Langlais

La candidate à la mairie de Rimouski Virginie Proulx reproche à son opposant, Guy Caron, de ne pas habiter à temps plein dans la ville où il souhaite se faire élire.

Lors d'un point de presse portant sur divers enjeux sociaux, Virginie Proulx s'est interrogée sur les intentions de son adversaire au poste de maire en vue du scrutin du 7 novembre.

Guy Caron possède une résidence à Rimouski, mais sa famille est installée en Outaouais depuis l'époque où il travaillait à Ottawa comme député fédéral du NPD. Le candidat assure qu'il habite désormais à Rimouski de manière permanente et que sa famille viendra le rejoindre à la fin de l'année scolaire.

Guy Caron lors d'une conférence de presse pendant la campagne électorale municipale de 2021.

Le candidat à la mairie de Rimouski, Guy Caron

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Virginie Proulx ne semble toutefois pas convaincue par les explications de son opposant. Je me demande pourquoi Guy Caron se présente à la mairie de la Rimouski alors qu'il vit avec sa famille à Gatineau, qui est à plus de huit heures d'ici. Est-ce qu'on va avoir droit à un maire à temps partiel? Moi, je pense que c'est légitime pour les citoyens de savoir dans quoi ils s'embarquent.

Contacté par Radio-Canada, Guy Caron a indiqué qu'il pourra répondre aux commentaires de la candidate mercredi matin, lors d'un événement déjà prévu, lors duquel il dévoilera ses engagements en qui a trait au développement économique de Rimouski.

Logements sociaux et place en garderie

Si a profité de sa conférence de presse pour poser des questions sur le lieu de résidence de son adversaire, Virginie Proulx avait avant tout convié les médias pour présenter ses idées afin de s’attaquer à différents problèmes sociaux auxquels sont confrontés les Rimouskois.

Pour faire face à la crise du logement, la candidate propose entre autres de demander au gouvernement du Québec de faire de Rimouski une ville mandataire du logement social, si elle est élue.

Ce statut offrirait à la Ville une plus grande liberté décisionnelle pour certains projets d'habitation, ce qui faciliterait, selon Mme Proulx, la création de logements sociaux sur le territoire.

Ça nous permettrait d'économiser beaucoup de temps, parce qu'au lieu d'avoir la Société d'habitation du Québec qui détermine nos priorités, le type de logement social auquel on va avoir droit et qui nous donne, en fait, la possibilité de développer du logement social, ce serait nous qui choisirions directement nos projets, explique-t-elle.

Une femme debout derrière un lutrin.

Virginie Proulx souhaite s'attaquer à la crise du logement et au manque de places en garderie.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Pour l'instant, seules les villes de Montréal, de Québec et de Gatineau bénéficient du statut de municipalités mandataires de la Société d'habitation du Québec.

Même si ces villes sont nettement plus populeuses que Rimouski, Virginie Proulx pense qu'il sera possible de convaincre Québec de lui accorder le même statut, en proposant un projet pilote.

On est une capitale régionale avec une population vieillissante. On est une ville étudiante. On a des besoins extrêmement élevés en logement. En plus, on a des ressources autour de nous qui sont importantes. En fonctionnant en projet pilote, on pourrait montrer la plus-value, à travers le Québec, de devenir une ville mandataire, croit la candidate à la mairie.

Virginie Proulx propose également d'accélérer la création de nouvelles places en garderie en favorisant la recherche de locaux temporaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !