•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De faux passeports de vaccination circuleraient dans le Grand Sudbury

Une commerçante vérifie la preuve de vaccination d'un client à l'aide de sont téléphone cellulaire.

La propriétaire de Tutti Frutti à Sudbury, Denise Boyer, vérifie la preuve de vaccination d'un client. le 22 septembre dernier.

Photo : CBC/Erik White

Radio-Canada

Santé publique Sudbury et districts affirme avoir reçu des signalements d’entreprises concernant l’utilisation de fausses preuves de vaccination dans les dernières semaines.

Depuis le 22 septembre, les entreprises de l'Ontario, comme les restaurants, les bars et les gymnases, demandent à leurs clients admissibles aux vaccins contre la COVID-19 de fournir la preuve qu'ils sont entièrement vaccinés. 

 Nous avons reçu des commentaires d'entreprises où les gens utilisent possiblement des preuves de vaccination modifiées ou fausses , a déclaré Jon Groulx, gestionnaire de la division de la protection de la santé du bureau de santé. 

M. Groulx a déclaré que Santé publique Sudbury et districts a travaillé en étroite collaboration avec les entreprises pour les aider à comprendre les règles relatives à la certification des vaccins de la province et à reconnaître ce à quoi ressemble une preuve de vaccination valide.

Si les entreprises concernées s'efforcent de respecter la loi et de vérifier l'état vaccinal des personnes, M. Groulx a déclaré que le bureau de santé ne porterait pas d'accusations contre elles si un client s’avère avoir utilisé un faux document de vaccination.

Enquête de la police

Le Service de police du Grand Sudbury a déclaré n’avoir reçu aucun signalement concernant des personnes tentant d'utiliser de faux passeports de vaccination.

Cependant, la porte-parole de la police, Kaitlyn Dunn, a déclaré dans un courriel adressé à la CBC qu'ils enquêtent sur le cas d’une personne qui s'est vu offrir une fausse preuve de vaccination contre la COVID-19. 

La personne n'a pas accepté l'offre et a signalé l'incident à la police.

L'utilisation d'un document falsifié, de même que la production ou la distribution d'un document falsifié sont passibles d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 10 ans, selon Mme Dunn.

M. Aaron Langille, professeur au Collège Cambrian avec 20 ans d'expérience dans le secteur de la technologie, affirme que les certificats vaccinaux actuels de la province seraient relativement faciles à falsifier.

Ce sont des documents assez simples, dit-il. Vous pourriez certainement en imprimer un très convaincant à partir de la maison.

Aaron Langille est professeur au Collège Cambrian avec 20 ans d'expérience dans le secteur de la technologie.

Aaron Langille est professeur au Collège Cambrian avec 20 ans d'expérience dans le secteur de la technologie.

Photo : CBC/'Markus Schwabe

M. Langille ajoute que le plan de la province d’introduire une application de statut vaccinal, avec un code QR unique pour chaque personne vaccinée d'ici le 22 octobre, devrait être plus sûr.

Un code QR se compose d'un code-barres de forme carrée unique avec des formes pixélisées sombres à l'intérieur.

Il n'y a aucune information perceptible en regardant un code QR. Il doit être décodé, souligne-t-il.

Il mentionne que les informations du code QR doivent correspondre à la pièce d'identité avec photo.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !