•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin pour chaque Néo-Brunswickois : l’objectif de la ministre n'est pas atteint

Dorothy Shephard donne une entrevue.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, a déclaré le 12 avril que son but était de donner à tous les résidents de la province accès aux services d’un médecin de famille ou d’une infirmière praticienne d’ici six mois, mais il y a encore plus de 40 000 personnes inscrites sur la liste d’attente (archives).

Photo : CBC/Joe McDonald

Radio-Canada

Il y a maintenant six mois que la ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, a annoncé que les efforts de recrutement de médecins, qui étaient jusque là faits en bonne partie par les deux réseaux de santé en collaboration avec le gouvernement, allaient être plutôt centralisés au sein du ministère dans le but d’éliminer la liste d’attente.

La ministre Shephard a déclaré le 12 avril 2021 que son but était de donner à tous les Néo-Brunswickois un fournisseur de soins de santé primaires d’ici six mois. Malheureusement, il y a toujours plus de 40 000 patients inscrits sur la liste d’attente pour avoir accès aux services d’un médecin de famille ou d’une infirmière praticienne.

Jusqu'à 44 226 personnes étaient inscrites au registre Accès Patient NB (Nouvelle fenêtre) pour se faire attribuer un médecin de famille ou une infirmière praticienne à la fin de 2020. Aujourd'hui, leur nombre est de 40 304.

Dorothy Shephard n’était pas disponible pour une entrevue.

Le ministère de la Santé a produit une déclaration dans laquelle il dit travailler activement sur une solution innovatrice pour donner accès à un fournisseur de soins de santé primaires à toutes ces personnes, mais sans plus de précisions.

Le nombre total de patients inscrits au registre a seulement diminué de 3922 même si 22 508 personnes se sont vu attribuer un fournisseur de soins de santé primaires dans les mois de janvier à août, selon le ministère de la Santé.

Le ministère a indiqué en mai que plus de 2000 noms s’ajoutaient à la liste d’attente chaque mois.

Une question entourée de tensions

Dorothy Shephard a expliqué en avril que des médecins de famille qui voulaient s’établir dans la province lui disaient que les réseaux de santé ne les rappelaient même pas. C’est pourquoi, a-t-elle ajouté, son ministère se chargeait du recrutement tout en collaborant avec les réseaux de santé, la société médicale et d’autres intervenants. Elle disait ne pas être satisfaite du processus de recrutement.

Le président du conseil d’administration du Réseau de santé Horizon à ce moment, John McGarry, a critiqué cette mesure. Il a dit qu’il était perturbé parce que la ministre a sous-entendu que le ministère de la Santé pouvait faire un meilleur travail que les réseaux de santé en matière de recrutement de médecins.

La ministre Shephard a congédié John McGarry deux semaines plus tard. Peu après, durant une entrevue, M. McGarry a qualifié de coup bas les critiques de la ministre envers les efforts de recrutement d’Horizon.

Aucune réunion avec la Société médicale au sujet du recrutement

Malgré ces tensions, le Dr Jeff Steeves, président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, espérait que l’engagement de la ministre envers l’élimination de la liste d’attente en six mois mènerait à des changements positifs.

Il a expliqué en avril que les médecins de la province étaient prêts à travailler immédiatement avec Mme Shephard pour atteindre son objectif. Il se disait encouragé par le fait qu’il était question d’un but et d’une période précise. Il a ajouté que c’était ambitieux, mais que c’était ce dont la province avait besoin.

De nos jours, son optimisme fait place à de l’inquiétude. Il dit que peu de choses se sont produites en matière de recrutement.

Le Dr Jeff Steeves explique qu’il espérait que des représentants du ministère de la Santé, des deux réseaux de santé, des médecins et d’autres intervenants communautaires se rassemblent pour discuter des moyens de recruter et de retenir des fournisseurs de soins de santé primaires. Mais il n'y a rien de tel, selon lui.

Dans sa déclaration, le ministère de la Santé dit travailler activement avec les médecins et la Société médicale pour trouver une solution innovatrice. Jeff Steeves ne fait pas de commentaire au sujet de cette solution. Il dit s’attendre à ce que le gouvernement l’annonce dans son prochain plan de santé.

Jeff Steeves.

Le Dr Jeff Steeves, président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, était optimiste quand la ministre Shephard a annoncé son objectif d'améliorer l’accès aux fournisseurs de soins de santé primaires d’ici six mois, mais il ne note aucun progrès en matière de recrutement de médecins depuis ce moment.

Photo : Société médicale du Nouveau-Brunswick

Le président de la Société médicale indique que les grands centres urbains du pays, comme Montréal, Toronto et Vancouver, demeurent plus attirants pour les médecins. Les patients dans ces régions peuvent consulter des spécialistes plus rapidement parce que ces derniers sont proportionnellement beaucoup plus nombreux qu’en milieu rural.

Comparativement à ces grands centres urbains, le Nouveau-Brunswick est entièrement rural, ajoute le Dr Steeves. Il se demande s’il ne vaudrait pas mieux que les Maritimes unissent leurs efforts afin de mieux promouvoir la région auprès des médecins.

Quant aux progrès ou aux gains réalisés en matière de recrutement au cours des six derniers mois, le Dr Steeves dit n’en avoir vu aucun. Il dit que c’est au gouvernement de diriger ces efforts.

D’après un reportage de Vanessa Blanch, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !