•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démocratie Québec promet un réseau express pour vélos

Jean Rousseau accorde une entrevue à l’animateur du Téléjournal Québec, Bruno Savard, à l’extérieur.

Jean Rousseau promet d’être un « maire vert » s’il est porté au pouvoir le 7 novembre.

Photo : Radio-Canada / Steve Breton

Démocratie Québec promet de tripler le budget présentement alloué au réseau cyclable de la Ville s’il prend le pouvoir. Avec cette enveloppe annuelle de 9 M$, le parti municipal mené par Jean Rousseau entend porter à 250 000 le nombre de cyclistes réguliers dans la capitale.

Dans un premier mandat, la formation municipale veut combler le gruyère que constitue l’actuel réseau cyclable de Québec, en reliant quartiers, parcs industriels et pôles commerciaux et institutionnels entre eux.

Démocratie Québec souhaite aussi constituer deux autoroutes pour vélos, soit deux grands axes de circulation cyclable s’étirant du nord au sud et d’est en ouest. Il faut avoir une ossature pour les grandes distances, plaide le chef de la formation.

Ce sera un projet aussi important, je dirais, que le réseau express de la capitale que j’ai mis de l’avant pour le transport collectif.

Une citation de :Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec

Ce grand tracé pour bicyclettes, trottinettes et triporteurs entend bonifier l’actuel réseau cyclable de la capitale, qui s’étend sur 361 km. L’agrandissement du domaine cyclable de Québec ne se ferait pas au détriment de l’automobile, croit l’élu de Cap-aux-Diamants.

Des cyclistes sur la piste cyclable.

La piste cyclable du parc de la Pointe-aux-Lièvres.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Il faut regarder les solutions qui existent, insiste Jean Rousseau. On a des boulevards extrêmement larges avec des voies qui font parfois jusqu’à 4 m. C’est possible de réduire la largeur de ces voies sans diminuer le nombre de voies de circulation.

Quatre priorités :

Démocratie Québec présente quatre tronçons prioritaires à développer au cours d’un premier mandat, soit :

  • la route de l’Aéroport, entre Val-Bélair et Sainte-Foy; 
  • le boulevard Louis XIV entre Ste-Thérèse-de-Lisieux et le quartier Lebourgneuf; 
  • le boulevard Robert-Bourassa pour relier les quartiers de chaque côté de l’autoroute 40;
  • une connexion entre les parcs industriels au sud du boulevard Hamel et le boulevard Père-Lelièvre

Démocratie Québec veut aussi ériger un ascenseur pour vélos à la hauteur du défunt patro Saint-Vincent-de-Paul, au sommet de la côte d’Abraham.

Le parti de Jean Rousseau, en procédant à ces investissements dans le réseau cyclable, entend consacrer 15 $/citoyen au cyclisme.

Présentement, Québec investit 5 $ par habitant, explique le chef de Démocratie Québec.À Montréal, c’est 20 $; à Vancouver, c’est 48 $, dit-il à propos de la métropole de la côte Pacifique, dont il se dit grandement inspiré pour le développement du réseau cyclable de Québec.

Verdir les quartiers centraux

Le parti Transition Québec a présenté son plan en matière de verdissement, lundi après-midi à proximité de l’école des Berges, dans Saint-Roch.

La formation écologiste entend porter à 20 % l’indice de canopée dans Saint-Jean-Baptiste, Saint-Sauveur et Saint-Roch. À l’heure actuelle, cet indice est de 13 %, 16 % et 15 %, respectivement.

Nous placerons l’écologie au coeur de notre engagement politique, souligne Elisabeth Germain, candidate de la formation dans Saint-Sauveur-Saint-Roch.

Alexia Oman derrière un lutrin lors d'une annonce.

Alexia Oman, la candidate de Transition Québec dans le district de Cap-aux-Diamants

Photo : Gracieuseté : Transition Québec

Pour augmenter la présence de verdure dans ces quartiers fortement bétonnés, le parti mise sur l’action collective, en encourageant les citoyens à verdir leur cour arrière et à arrêter la monoculture de gazon, qui n’est vraiment pas saine pour notre environnement, affirme Alexia Oman, candidate de TQ dans Cap-aux-Diamants.

La déminéralisation des espaces bétonnés fait aussi partie du plan de verdissement de Transition Québec. Plusieurs stationnements passeraient au vert si le parti prend le pouvoir, notamment à proximité de l’école des Berges, où le tramway passerait par un stationnement que l’actuel plan du tracé relocaliserait à proximité, au détriment de jardins communautaires.

Transition Québec sacrifierait le stationnement pour plutôt augmenter l’espace jardins.

Pour nous, la protection de l’environnement, ce ne serait pas seulement un dessert qui passerait après tout le reste. Ce serait la priorité, conclut Elisabeth Germain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !