•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suspendre les infirmières non vaccinées, une directive « un peu stupide »

Une infirmière dans une salle d'opération.

Plus de 7000 infirmières au Québec pourraient ne plus avoir le droit d'exercer dès vendredi.

Photo : iStock

L'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a décidé de suspendre le permis d’exercer de celles et ceux qui ne seront pas doublement vaccinés à compter de vendredi. Dans la grande région de la Capitale-Nationale, la mesure est contestée.

La position de l’Ordre, qui suit la recommandation du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, formulée vendredi, ne surprend pas Nancy Hogan, la présidente du Syndicat interprofessionnel du CHU de Québec.

On était au courant que c’était quelque chose comme ça qui allait arriver. On ne s’attendait pas à ce que l’ordre contredise ce que le ministre allait dire.

Gros plan d'une femme pendant une entrevue par visioconférence.

Nancy Hogan, présidente du Syndicat interprofessionnel du CHU de Québec, affirme qu'il est très difficile, en ce moment, pour les infirmières d'offrir des soins de qualité, compte tenu du contexte sanitaire.

Photo : Radio-Canada

Pour autant, elle ne comprend pas. On manque de monde. Et là, la vaccination, ça fait seulement en rajouter avec du monde qui va quitter. Ça n’a pas de bon sens, déclare-t-elle.

Chaos et interruption de service à venir

La syndicaliste pousse la réflexion plus loin. Dire qu’on a les moyens de se passer de ces professionnels-là, je ne suis pas d’accord. On n’a pas les moyens de s’en passer. C’est une mauvaise nouvelle!

Laurier Ouellet, le président du Syndicat des professionnels en soins de Chaudière-Appalaches, tient le même discours. Il s’inquiète des conséquences que ces suspensions de permis vont entraîner.

Le chaos, les bris de service s’en viennent. Ils seront là à partir de vendredi, prédit-il.

Tous les deux affirment qu’il aurait fallu agir différemment.

On aurait pu faire comme au printemps, imposer au personnel concerné des tests de dépistage trois fois par semaine, suggère Nancy Hogan.

Laurier Ouellet se sent pris de court. Il fallait trouver des solutions rapides, mais pas de cette façon-là. Ça prend quelque chose de réfléchi. Et puis, faut écouter le monde sur le plancher. Les vrais experts, c’est ceux qui travaillent sur le plancher.

C'est trop!

Sur le terrain justement, France Trépanier, préposée aux bénéficiaires à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, ne mâche pas ses mots.

Je trouve ça un peu stupide parce qu’on manque tellement de monde.

Une citation de :France Trépanier, préposée aux bénéficiaires

Moins de professionnels de la santé en exercice alors que le milieu hospitalier fonctionne déjà à flux tendu est une équation qui ne peut fonctionner, croit-elle. C’est surtout une problématique qui risque d’accroître la charge de travail de ceux qui vont rester en poste.

Gros plan sur le visage d'une femme en entrevue télé dans la rue.

Avoir vu mourir des patients de la COVID-19 a fait prendre conscience à France Trépanier, préposée aux bénéficiaires à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, de la fragilité de la vie.

Photo : Radio-Canada

Lorsqu’elle a commencé son service, lundi matin à 6 h, des infirmières qui avaient entamé leur quart de travail dimanche après-midi à 15 h 30 étaient encore au front.

Je me dis, les petites-là, elles sont courageuses de le faire. Mais faut pas les brûler non plus. Souvent, une infirmière peut se ramasser avec 12 ou 13 patients, c’est trop pour eux autres.

Contraindre les infirmières à se faire vacciner si elles veulent continuer à pratiquer leur profession, Mélissa Dion trouve ça exagéré.

Gros plan sur le visage d'une jeune femme pendant une entrevue télé en extérieur, sur  un trottoir.

Mélissa Dion, infirmière au CHU de Québec, est vaccinée contre la COVID-19, et ça ne la dérange pas de travailler auprès de collègues qui ne le sont pas.

Photo : Radio-Canada

C’est le droit et le choix de chacun, revendique cette infirmière du CHU de Québec, rencontrée aux abords de l’Hôtel-Dieu de Québec, avant d’ajouter : Y a plus de 85 % de la population actuellement, qui est vaccinée. On visait 75 %. Je pense qu’on a fait notre part en tant que population. On devrait lâcher la pédale un peu.

Lundi matin, pendant l’émission radio Tout un matin, Luc Mathieu, le président de l’OIIQ, a indiqué qu’actuellement 4338 infirmières n’avaient reçu qu’une dose de vaccin anticovid et 2807, aucune. En outre, le statut vaccinal de 5716 autres professionnelles de la santé devait encore être précisé.

D'après les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !