•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Action de grâce : du réconfort pour des Torontois en situation de précarité

Un homme se prépare à manger un repas traditionnel de l'Action de grâce.

La Mission Scott a préparé 30 dindes pour servir les plus démunis de Toronto à l'occasion de l'Action de grâce.

Photo : Radio-Canada

Pour aider les Torontois les plus démunis, la Mission Scott a servi plus de 350 repas à l'occasion de l'Action de grâce, que ce soit des repas à emporter ou encore des repas offerts dans sa salle à manger. L'événement est une tradition annuelle pour l’organisme qui célèbre son 80e anniversaire cette année.

Pour l’Action de grâce, Josephine Filosa, qui a très peu de moyens, s’est rendue avec son copain à la Mission Scott pour se procurer un repas traditionnel composé notamment de dinde.

« Nous venons ici, car nous nous faisons traiter avec respect. La Mission Scott, c’est comme une famille. »

— Une citation de  Josephine Filosa, participante

Mme Filosa dit avoir un budget limité et essayer de survivre du mieux qu’elle peut. Pour y arriver, elle fréquente l’organisme depuis de nombreuses années et il était tout naturel pour elle de s’y rendre lors d’un jour de célébrations. Assise à une table de la salle à manger, elle a pu déguster un repas complet : En plus de la dinde, il y avait des légumes et des patates pilées, de la sauce à base de canneberges et des boissons. Je suis heureuse.

Josephine Filosa tient son repas composé notamment d'une dinde dans ses mains. Elle sourit à la caméra.

Josephine Filosa s'est rendue à la Mission Scott pour manger un repas traditionnel de l'Action de grâce.

Photo : Radio-Canada / Stella Dupuy

Hassan, qui vit en situation de précarité, a de son côté fait la file afin de prendre un repas à emporter. Pour lui, l’événement est bien plus qu’une occasion de rassasier sa faim.

« Quand je vois les gens qui aident les autres, j’aime bien ça. Ça m’apaise. »

— Une citation de  Hassan, participant

Depuis plus de 30 ans, l’homme se rend occasionnellement à la Mission Scott pour manger ou encore se vêtir. Il s’agit également d’un endroit pour socialiser, dit cet homme qui affirme n’avoir personne d'autre sur qui compter.

L’organisme en demande depuis le début de la pandémie

Selon le PDG de la Mission Scott, Peter Duraisami, 30 dindes ont été préparées spécialement pour l’occasion. On essaie de rendre la journée très spéciale pour les hommes et les femmes les plus vulnérables. Plusieurs d’entre eux sont en situation d'itinérance, explique-t-il.

Le directeur affirme que son organisation est particulièrement sollicitée depuis le début de la pandémie. Au départ, il croyait que moins de personnes allaient fréquenter son établissement par crainte du coronavirus, mais c’est l’inverse qui s’est produit.

Au-delà de l’Action de grâce, la Mission Scott offre des repas chauds ainsi que des produits d’épicerie à longueur d’année. Des services qui sont de plus en plus en plus populaires. La demande pour nos services d’épicerie a augmenté de 19 % et la demande pour des repas chauds a augmenté de 33 %, affirme-t-il.

« Quand la population se battait pour obtenir des rouleaux de papier de toilette, les personnes sans-abri cherchaient tout simplement des endroits pour aller aux toilettes. »

— Une citation de  Peter Duraisami, PDG de la Mission Scott
Peter Duraisami sourit à la caméra.

Le PDG de la Mission Scott, Peter Duraisami, constate que les services de son organisme sont de plus en plus recherchés.

Photo : Radio-Canada / Stella Dupuy

M. Duraisami explique qu’il a aussi vu de nombreuses personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Les autorités ont dit de rester à la maison, mais plusieurs personnes n’ont pas de maison. J’ai vu de la peur et de l’anxiété. Certaines personnes ont cassé des vitres, mentionne-t-il.

Pour faire face à la situation, la Mission Scott a commencé à offrir cet automne des consultations en santé mentale pour les personnes qui en auraient besoin, en plus de continuer à offrir des services alimentaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !