•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Manitobains reconnaissants de pouvoir se rassembler pour l’Action de grâce

Deanna Migalski est interrogée dans une épicerie. Elle porte un masque.

Deanna Migalski est plus reconnaissante que jamais de pouvoir célébrer l'Action de grâce avec sa famille.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

De nombreuses familles manitobaines sont ravies de pouvoir se rassembler pour l’Action de grâce.

Deanna Migalski est une mère célibataire de 49 ans. Elle fait partie de ceux qui sont reconnaissants de pouvoir célébrer avec ceux qui comptent le plus pour elle : les membres de sa famille.

Je suis super excitée. Ma mère est dans une maison de soins, ce qui a vraiment eu un impact sur nos vies parce que nous n’avons pas pu la voir depuis deux ans, mais nous pouvons enfin la voir, se réjouit-elle.

La pandémie l’a d’ailleurs fait énormément réfléchir sur l’importance de ses proches. Je pense que nous prenons tous la famille pour acquis. La pandémie nous a montré que nous devons rester proches, nous devons rester en sécurité et nous devons nous valoriser en tant que famille ou amis. Je suis reconnaissante pour les gens dans ma vie, maintenant plus que jamais, souligne-t-elle.

Dimanche, elle s’est rendue dans une épicerie pour faire les achats nécessaires pour son repas de l’Action de grâce. Elle a remarqué que l’endroit était occupé, mais aussi une augmentation des prix.

« Qui peut se permettre du bacon en ce moment? Cela [la pandémie] a vraiment affecté notre économie. Cette année, le repas sera donc un peu plus petit que ce que nous avons habituellement, mais ce n’est pas grave. Nous sommes simplement heureux de pouvoir célébrer ensemble », dit Deanna Migalski.

Alana Vueckert est elle aussi passée par l’épicerie pour des achats de dernière minute en prévision de son repas de l’Action de grâce.

Les prix ont augmenté un peu, mais quand il s’agit d’événements comme celui-ci, je pense qu’il est important d’oublier cela et de se réunir, si vous le pouvez, pour passer du temps en famille, pense-t-elle.

Alana Vueckert dans une épicerie. Derrière elle on voit des contenants de fromage cottage et des oeufs. Elle porte un masque.

Alana Vueckert s'est rendue à l'épicerie dimanche pour des emplettes de dernière minute pour préparer un repas de l'Action de grâce pour sa famille.

Photo : Radio-Canada

Tout comme Deanna Migalski, Alana Vueckert est reconnaissante puisque les rassemblements familiaux n’ont pas été possibles pendant très longtemps en raison de la COVID-19.

Maintenant que la plupart des membres de la famille sont vaccinés, cela signifie que nous sommes enfin capables de nous rassembler et d’être ensemble, se réjouit-elle.

Le propriétaire de Food Fare, Munther Zeid, confirme que le nombre de visiteurs à son épicerie les jours avant l’Action de grâce était légèrement plus élevé.

Nous voyons à nouveau beaucoup de gens faire de grands rassemblements. Nous assistons à une fête de l’Action de grâce traditionnelle, dit-il.

Munther Zeid dans une épicerie. Derrière lui, on voit des boîtes de céréales et de barres granola. Il porte un masque.

Le propriétaire de l'épicerie Food Fare Munther Zeid a remarqué un bon achalandage dans les jours menant à l'Action de grâce.

Photo : Radio-Canada

Il prépare d’ailleurs lui-même une grande célébration pour l’occasion qui rassemblera une quarantaine de personnes de quatre générations et qui mettra en vedette non pas une, mais bien deux dindes de plus de 20 livres.

Avec les informations de Chantallya Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !