•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilinguisme dans l’affichage : Moncton devrait-elle revoir son approche?

Des voitures dans la rue au centre-ville.

Des conseillers municipaux à Moncton croient que le moment est bien choisi pour discuter du bilinguisme dans l'affichage tandis que le processus de révision de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick suit son cours.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Tandis que le processus de révision de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick se poursuit, une conseillère municipale de Moncton profite de ce moment de réflexion pour relancer le débat sur le bilinguisme dans l’affichage dans la ville.

La Ville de Moncton est officiellement bilingue. Pourtant, quand on se promène dans ses rues, on constate que les affaires se passent principalement en anglais.

Contrairement à Dieppe, la ville voisine, Moncton n'a jamais adopté d'arrêté sur l'affichage bilingue. À Dieppe, un règlement en vigueur depuis plus de dix ans exige que toute nouvelle affiche soit écrite dans les deux langues officielles.

Moncton a plutôt adopté une politique linguistique. Son approche est différente. Elle fait plutôt de la sensibilisation auprès des commerçants. Est-ce que cette approche fonctionne? C'est la question que se posent certains conseillers municipaux.

Je pense que c’est une question qui est très importante. Il faut en parler, affirme la conseillère municipale Paulette Thériault.

Paulette Thériault.

La conseillère municipale Paulette Thériault.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Paulette Thériault aimerait que Moncton exerce une pression sur le gouvernement provincial pour qu'il encadre l'affichage bilingue dans les municipalités.

On trouvait justement qu’il n’y avait pas de mention de l'affichage bilingue, indique Mme Thériault. Ce que je remarque, c’est que le bilinguisme, on en discute de moins en moins. Et ça, c’est inquiétant, ajoute-t-elle.

Une enseigne bilingue au centre-ville

La gérante du magasin Elle Mio au centre-ville de Moncton, Katelyn Daigle, affirme que l’entreprise a pu installer une enseigne bilingue, il y a cinq ans, grâce à une subvention de la Municipalité. Elle dit que c’est une bonne chose, mais qu’elle ne sait pas si cela a encouragé plus de gens à fréquenter le magasin.

L'enseigne indique « boutique du soutien-gorge bien ajusté ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La gérante de la boutique Elle Mio à Moncton, Katelyn Daigle, affirme que l’entreprise a pu installer une enseigne bilingue grâce à une subvention de la Municipalité.

Photo : Radio-Canada

Katelyn Daigle ajoute que l’affichage bilingue coûte plus cher aux entreprises. Si Moncton rend un jour le bilinguisme obligatoire dans l’affichage commercial, elle dit espérer que la Municipalité pourra offrir des subventions aux commerçants pour les aider à faire le changement.

Pour l'instant, la responsabilité du bilinguisme dans l'affichage revient à chaque municipalité. La province peut toutefois adopter un règlement pour avoir plus de pouvoir en la matière, dans le cadre de la révision de la Loi sur les langues officielles. Le processus de révision est en cours et c'est pourquoi certains élus municipaux croient que le moment est bien choisi pour en discuter.

D’après un reportage de Rébecca Corrales-Soucy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !