•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales : qui sont les deux candidats à la mairie de Cantley?

Panneau

La municipalité de Cantley

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Deux candidats s’affrontent dans la course à la mairie de Cantley alors que la mairesse sortante, Madeleine Brunette, ne se représente pas.

Aimé Sabourin, le conseiller sortant

Après trois mandats comme conseiller municipal du district Des Monts, Aimé Sabourin dit qu’il a une vision plus grande de sa municipalité qui passe par l’installation d’une piste cyclable qui s'étalerait sur tout le territoire.

« [ Avec la piste cyclable], je veux vraiment partir de La Pêche, faire le tour de tous les districts, puis venir même ici au centre communautaire, passer par le CISSS, pour aller rejoindre Gatineau. »

— Une citation de  Aimé Sabourin
Portrait de l'homme dans un secteur boisé.

Aimé Sabourin, candidat à la mairie de Cantley.

Photo : Radio-Canada

Selon lui, une telle initiative serait bénéfique pour tous les citoyens, mais aussi, aurait pour effet de forcer les automobilistes à réduire leur vitesse de circulation, un autre enjeu important pour M. Sabourin.

Il faut trouver une façon de réduire la vitesse, soutient le conseiller. La piste cyclable, ça va devenir un élément très positif pour la vitesse. Ça laisse un effet de ralentissement, une piste cyclable, donc on va peut-être faire une pierre, deux coups. Je l'ai expérimenté moi-même sur des érables. Je vois que je circule moins vite avec la piste cyclable à côté d'un chemin.

M. Sabourin veut aussi que la municipalité acquière de nouveaux terrains pour le développement de ses infrastructures, mais aussi pour préserver l’environnement.

Il faut acheter des terrains pour empêcher justement la construction, l'étalement urbain, propose-t-il. On est allé chercher trois terrains majeurs à Cantley [...] C'est des terrains qui vont être développés de la façon écologique. Ça, ça va vraiment être des terrains que les gens vont pouvoir apprécier. Ça va être bon pour l'environnement.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

David Gomes et l’engagement communautaire

Le candidat David Gomes n'en est pas à sa première campagne électorale municipale. En 2017, il s’était présenté contre la mairesse sortante de Cantley, mais avait perdu son pari. Cette fois, il se croit en meilleure posture, puisqu’il travaille sur le terrain depuis déjà plusieurs semaines.

Selon lui, l’engagement communautaire est l’enjeu principal de cette campagne.

Portrait de l'homme devant la porte d'entrée d'une demeure.

David Gomes, candidat à la mairie de Cantley.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

C'est de ramener le citoyen au cœur des décisions, avance le candidat. Je pense que dans une municipalité de 11 500 habitants, l'implication citoyenne doit être au maximum pour que la municipalité avance. Moi, en tant que maire, je ne vais pas prendre de décisions tout seul. C'est en discutant avec les gens autour de moi que mon opinion se forge. Je trouve que ça manque à Cantley, au conseil de ville.

Comptable agréé de formation et enseignant au Cégep de l'Outaouais, M. Gomes veut aussi s’attaquer au problème de pannes d’électricité récurrentes que vivent les résidents.

« Au niveau des infrastructures comme le WiFi, Hydro-Québec, je ne pense pas que ça ait suivi [la croissance démographique]. Il y a beaucoup de problèmes, Hydro qui coupe tout le temps, on se fait dire qu’il y a des micropannes, la forêt, etcétéra. Mais la population a grandi et il faut que les services suivent. »

— Une citation de  David Gomes, candidat à la mairie de Cantley

Selon lui, ce manque de service stable peut avoir un impact sur les commerçants qui veulent s’installer dans la région. J'en entends beaucoup parler dans mon porte-à-porte. Ça crée de gros problèmes et je pense qu'en 2021, le WiFi, surtout à Cantley, à cinq minutes de Gatineau, je pense qu'il y a moyen d'améliorer les choses.

La sécurité routière inquiète aussi le candidat.

Il y a beaucoup de jeunes familles, beaucoup de personnes qui vont dans les rues faire du vélo. La sécurité n'est pas là, les gens vont vite dans les rues, poursuit-il. Toutes les rues résidentielles, ça devrait être comme à Gatineau, 40 km/h. Gatineau a réussi à le faire. Je pense qu'on est capables de se doter de ça.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !