•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le monde fait face à un « moment de vérité » dans la protection de la nature

Le bâtiment dans lequel se déroule la COP15.

La 15e Conférence des parties (COP) de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies a été lancée depuis Kunming, en Chine.

Photo : AFP / STR

Agence France-Presse

La communauté internationale fait face à un « moment de vérité » dans la protection de la nature, a averti lundi la secrétaire administrative de la Convention sur la diversité biologique (CDB), Elizabeth Maruma Mrema, lors de l'ouverture de la COP15 biodiversité.

La 15e Conférence des parties (COP) de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies a été lancée depuis Kunming en Chine, en présence de représentants du gouvernement chinois, de la CDB et de certaines délégations. Elle se déroule parallèlement en ligne.

La COP15 a été divisée en deux parties, la première se tenant jusqu'au 15 octobre. La deuxième partie est prévue du 25 avril au 8 mai 2022 en présentiel à Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, pour l'ensemble des délégations des 196 membres de la CDB. Ce format a été retenu après plusieurs reports dus à l'épidémie de COVID-19.

S'il y a eu des succès et des progrès, il n'y a pas eu les avancées nécessaires pour stopper la perte en cours de la diversité des plantes et des animaux sur Terre, a relevé Elizabeth Maruma Mrema depuis la Chine.

Nous faisons face à notre moment de vérité. Si nous voulons atteindre la vision à 2050 de vivre en harmonie avec la nature, nous devons agir lors de cette décennie pour stopper et inverser la perte de biodiversité.

Une citation de :Elizabeth Maruma Mrema, secrétaire administrative de la Convention sur la diversité biologique

Un texte présenté en juillet, qui sert de base aux discussions, comprend quatre grands objectifs à horizon 2050, avec dix jalons à 2030 et 21 cibles.

Les cibles visent à ce qu'au moins 30 % des zones terrestres et des zones maritimes [...] soient conservées grâce à des systèmes de zones protégées et d'autres mesures de conservation efficaces ou à limiter les pollutions agricoles ou plastiques.

Elles comprennent aussi un volet financier et des mesures pour suivre les engagements des États.

Réactions mitigées face aux engagements de la Chine

La Chine, qui a pris lundi officiellement la présidence de la COP15, doit présenter un texte, la Déclaration de Kunming, qui donnera le ton de ses ambitions environnementales.

La Chine a fixé une ligne rouge sur la protection écologique et s'y tient, a déclaré le vice-premier ministre chinois Han Zheng, avec 25 % de son territoire hors de portée des promoteurs.

Han Zheng est assis dans un fauteuil.

Le vice-premier ministre chinois Han Zheng.

Photo : Reuters / THOMAS PETER

La Chine a publié il y a quelques jours un document présentant ses priorités en matière de protection de la nature, salué par l'ONG américaine Wildlife Conservation Society (WCS).

La coopération multilatérale et les engagements, comme ceux qui seront pris à la COP15 et à la conférence sur le changement climatique le mois prochain (la COP26 à Glasgow) sont nécessaires pour atteindre l'objectif de "vivre en harmonie avec la nature", souligne WCS.

Plus critique, le mouvement Avaaz estime que le succès des négociations exige un engagement continu et proactif de la Chine dans le processus, jusqu'au coup de marteau qui clôturera la COP15 l'an prochain, alors que des participants s'inquiètent de la discrétion affichée jusqu'à présent par la délégation chinoise.

Nous avons besoin que la Chine soit claire concernant ses propres ambitions, ajoute Avaaz.

Pékin organise également un sommet en ligne les 12 et 13 octobre, avec des interventions de chefs d'État et de gouvernement et des ministres.

L'Union européenne a fait savoir dans un communiqué qu'elle défendrait un cadre ambitieux, avec des objectifs mesurables et assortis d'échéance, avec des jalons et des cibles pour que tous les écosystèmes mondiaux soient restaurés, résilients et protégés de manière adéquate d'ici 2050, la protection d'au moins 30 % des terres et des océans d'ici 2030, des processus de contrôle et des financements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !