•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Action de grâce : les banques alimentaires de Toronto répondent à l’appel

Un homme tient une boîte.

Un bénévole transporte une boîte de denrées non périssables donnée à Daily Bread de Toronto.

Photo : offerte par Black Ram Media

Radio-Canada

La banque alimentaire Daily Bread de Toronto a recueilli 13 815 kg (30 459 lbs) de nourriture dans le cadre de sa collecte de l'Action de grâces samedi, dépassant ainsi son objectif pour la journée, et son PDG affirme que les Torontois répondent à l'appel à l'aide.

J'ai été ravi que nous ayons atteint l'objectif que nous nous étions fixé. Des centaines de familles sont passées et ont déposé de la nourriture, a déclaré Neil Hetherington dimanche.

Mais M. Hetherington ajoute que la demande est grande dans la ville et qu'elle ne cesse de croître. Les besoins augmentent alors que le coût de la nourriture augmente, que l'inflation s'accroît et que les revenus stagnent, selon lui.

Une demande en croissance

Pendant cinq heures, les résidents ont fait la queue dans leurs véhicules pour déposer des denrées non périssables au centre de distribution de la banque alimentaire à Etobicoke, au 191, rue New Toronto.

L'objectif était de recueillir 13 600 kg (30 000 lbs) de nourriture. La banque alimentaire distribue 27 215 kg (60 000 lbs) de nourriture chaque jour à Toronto.

M. Hetherington a déclaré que la banque alimentaire Daily Bread continue de voir une augmentation de la demande. Avant la pandémie, environ 60 000 personnes se rendaient à la banque alimentaire chaque mois. Ce nombre a atteint un sommet de 124 500 visites de clients en juin, a-t-il dit.

Le portrait d'un homme de billet

Neil Hetherington affirme que le nombre de personnes qui ont recours à sa banque alimentaire ne cesse d'augmenter.

Photo : Radio-Canada / CBC News

L'année précédant la pandémie, il y a eu près d'un million de visites dans les banques alimentaires de la ville. Au rythme actuel, les visites aux banques alimentaires devraient atteindre 1,4 million d'ici la fin de l'année, un chiffre qui serait le plus élevé de l'histoire de la ville.

Nous constatons que le nombre augmente continuellement, a déclaré M. Hetherington.

Celui-ci s’inquiète d’ailleurs de la fin de la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), qui doit prendre fin ce mois-ci. De plus, le moratoire sur les expulsions résidentielles en Ontario a pris fin le 2 juin 2021.

De nouveaux visages

Beaucoup de nouveaux visages se présentent à la banque alimentaire, selon M. Hetherington.

Ceux qui utilisent la banque alimentaire ont un revenu médian de 892 $ par mois, soit moins de la moitié du revenu mensuel nécessaire pour avoir un niveau de vie de base. L'organisme affirme qu'une personne sur cinq à Toronto souffre d'insécurité alimentaire, et que près d'un client sur trois de la banque alimentaire est un enfant ou un jeune.

50 % des utilisateurs de banques alimentaires ont un diplôme d'études postsecondaires. La différence entre ceux qui reçoivent et ceux qui donnent est le revenu, a-t-il ajouté.

Les personnes qui donnent sont des individus qui croient fondamentalement que le droit à l'alimentation doit être en place pour chaque personne, a-t-il déclaré.

61 000 organismes caritatifs alimentaires

Un nouveau rapport de Second Harvest, intitulé Canada's Invisible Food Network, a révélé que plus de 61  000 organisations non gouvernementales ont fourni de la nourriture gratuitement ou à faible coût aux personnes dans le besoin en 2019. En comparaison, il y avait 15 344 épiceries au Canada en 2019.

En Ontario, on comptait 21 502 organisations alimentaires caritatives en 2019, contre 5368 épiceries. Second Harvest affirme que ces organisations ont fourni de la nourriture à environ 1 878 225 personnes.

C'est la firme de recherche Value Chain Management International qui a effectué les recherches.

Lori Nikkel, PDG de Second Harvest, a déclaré que le nombre national d'organisations alimentaires caritatives est choquant. Second Harvest se décrit comme le plus grand organisme de secours alimentaire du Canada et un expert en récupération de denrées périssables.

Il y a tellement d'endroits, d'organismes de bienfaisance, d'organismes sans but lucratif, qui aident les gens en leur fournissant de la nourriture à faible coût ou gratuitement, mais ils ne sont pas connus. Ils n'appartiennent pas à un grand réseau, quel qu'il soit. Ils sont plus petits, dirigés par des bénévoles. Mais ils sont partout dans le pays, a-t-elle déclaré.

L'écart entre les riches et les pauvres continue de se creuser. Nous avons beaucoup de chômage et de sous-emploi. Nous avons un problème de revenu, un problème de logement, un problème de garderies abordables, selon elle.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !